Pour qu'un nouvel opérateur soit concurrentiel, ses services doivent être offerts sur tout le territoire. Mais la mise en place d'un réseau suppose de lourds investissements. Pour l'aider à se lancer, le futur candidat aura temporairement accès aux infrastructures de ses concurrents. Dès qu'il couvrira au moins 20% du territoire, par exemple dans les grandes villes, il pourra recourir au roaming national: les GSM de ses clients se connecteront automatiquement à l'antenne la plus proche, quel que soit son propriétaire. D'après l'IBPT, qui a récemment publié une étude d'impact, un quatrième acteur ne devrait "a priori pas déployer de réseaux 2G et 3G", mais il devrait bien déployer à la fois un réseau 4G et un réseau 5G. L'année prochaine, les fréquences mobiles vont être mises aux enchères pour les 20 prochaines années. En plus des fréquences actuelles, dont les licences expirent en mars 2021, de nouvelles fréquences seront proposées, notamment pour l'utilisation de la 5G à partir de 2020. L'IBPT a confirmé mardi qu'une entreprise avait clairement manifesté son intérêt pour devenir le quatrième acteur du marché belge. L'instance refuse de donner un nom, mais beaucoup parlent du groupe français Iliad, qui vient de lancer une filiale en Italie où ses prix cassés ont déjà séduit un million d'utilisateurs en à peine deux mois. (Belga)

Pour qu'un nouvel opérateur soit concurrentiel, ses services doivent être offerts sur tout le territoire. Mais la mise en place d'un réseau suppose de lourds investissements. Pour l'aider à se lancer, le futur candidat aura temporairement accès aux infrastructures de ses concurrents. Dès qu'il couvrira au moins 20% du territoire, par exemple dans les grandes villes, il pourra recourir au roaming national: les GSM de ses clients se connecteront automatiquement à l'antenne la plus proche, quel que soit son propriétaire. D'après l'IBPT, qui a récemment publié une étude d'impact, un quatrième acteur ne devrait "a priori pas déployer de réseaux 2G et 3G", mais il devrait bien déployer à la fois un réseau 4G et un réseau 5G. L'année prochaine, les fréquences mobiles vont être mises aux enchères pour les 20 prochaines années. En plus des fréquences actuelles, dont les licences expirent en mars 2021, de nouvelles fréquences seront proposées, notamment pour l'utilisation de la 5G à partir de 2020. L'IBPT a confirmé mardi qu'une entreprise avait clairement manifesté son intérêt pour devenir le quatrième acteur du marché belge. L'instance refuse de donner un nom, mais beaucoup parlent du groupe français Iliad, qui vient de lancer une filiale en Italie où ses prix cassés ont déjà séduit un million d'utilisateurs en à peine deux mois. (Belga)