Chine: les exportations s'essoufflent en avril, les importations continuent de s'enfoncer

08/05/16 à 07:24 - Mise à jour à 07:24

Source: Belga

(Belga) Les exportations de la Chine - exprimées en yuans - ont de nouveau progressé en avril, mais s'affichaient en recul de 1,8% une fois exprimées en dollars, une performance en-deçà des attentes après leur spectaculaire rebond du mois précédent, tandis que les importations continuaient de s'enfoncer.

Les exportations du géant asiatique, principale puissance commerciale de la planète, se sont établies le mois dernier à 172,8 milliards de dollars, selon les chiffres publiés samedi par les douanes chinoises. Ces statistiques s'avéraient moins bonnes qu'attendu par les analystes interrogés par l'agence Bloomberg, qui tablaient en moyenne sur une stabilisation (en dollars) des exportations en avril. D'autant que le tableau ne s'éclaircit guère du côté des importations: celles-ci ont plongé le mois dernier de 10,9% à 127,2 milliards de dollars (en yuans, le repli n'est qu'est de 5,7%), un repli pire qu'attendu et plus marqué que le mois précédent. En conséquence, l'excédent commercial chinois s'est envolé à 45,5 milliards de dollars, contre à peine 30 milliards le mois précédent. Le contraste était marqué avec le très solide rebond du commerce extérieur de la Chine en mars: après huit mois de plongeons consécutifs, ses exportations s'étaient envolées de 11,5%, s'ajoutant à d'autres signes d'embellie de la conjoncture dans le pays. A la suite de nouveaux efforts de relance budgétaire du gouvernement, le pays a notamment enregistré en mars une vigoureuse accélération de sa production industrielle, un sursaut du secteur immobilier et de l'activité manufacturière. Mais les perspectives de l'économie chinoise restent fragiles: le secteur industriel est toujours plombé par de massives surcapacités de production, l'envolée de l'endettement inquiète, les réformes structurelles censées rééquilibrer le modèle de croissance du pays marquent le pas. La croissance économique de la Chine a glissé à 6,7% au premier trimestre, accentuant son ralentissement après être tombée l'an dernier à son plus bas niveau depuis un quart de siècle. (Belga)

Nos partenaires