Une intelligence artificielle a battu 20 avocats sur leur terrain, celui du droit. C'est le résultat d'une étude pilotée par la firme LawGeex, spécialisée dans les logiciels d'automatisation pour le secteur juridique. Le problème juridique posé concerne l'examen de clauses de confidentialité (NDA en anglais). Ce s...

Une intelligence artificielle a battu 20 avocats sur leur terrain, celui du droit. C'est le résultat d'une étude pilotée par la firme LawGeex, spécialisée dans les logiciels d'automatisation pour le secteur juridique. Le problème juridique posé concerne l'examen de clauses de confidentialité (NDA en anglais). Ce sont des contrats standards dans le monde des affaires, qui sont souvent soumis à la relecture attentive des juristes et des avocats. Tant les avocats que l'intelligence artificielle de LawGeex ont été invités à repérer les différentes questions juridiques soulevées par ces clauses de confidentialité, et à les classer par catégories. A ce petit jeu (pas très passionnant pour les juristes mais néanmoins indispensable), la machine s'est révélée plus performante. Elle affiche un taux de réussite de 94 %, contre 85 % pour les avocats humains. Surtout, l'intelligence artificielle s'est avérée beaucoup plus rapide. Elle est parvenue à résoudre les questions juridiques posées en 26 secondes, contre 92 minutes en moyenne pour les avocats. Cette étude était sans doute parfaitement calibrée pour l'intelligence artificielle de LawGeex, qui commercialise ses logiciels à destination des services juridiques des entreprises. Mais elle démontre aussi que les solutions d'automatisation progressent à grands pas dans le secteur du droit. Ces solutions offrent un double avantage : réduire le temps passé par des avocats sur des questions juridiques répétitives, et alléger le nombre d'heures facturées par ces mêmes avocats pour des tâches à faible valeur ajoutée.