On le sait, dans la rue, le casque audio n'est pas forcément le meilleur ami de l'homme. Au croisement d'un carrefour, le rif de guitare couvre le coup de klaxon et, boum, c'est le drame. Pour le cycliste audiophile, le risque n...

On le sait, dans la rue, le casque audio n'est pas forcément le meilleur ami de l'homme. Au croisement d'un carrefour, le rif de guitare couvre le coup de klaxon et, boum, c'est le drame. Pour le cycliste audiophile, le risque n'est pas moindre. Il est pourtant possible d'écouter sa play list sans se couper des bruits de la circulation avec le casque Linx qui fait également office de couvre-chef. Après une campagne de crowdfunding mirobolante qui a rapporté plus de 300.000 dollars, les créateurs du jeune label Coros mettent sur le marché leur modèle, vendu 200 euros, qui repose sur le principe de transmission des ondes par conduction osseuse. Grâce à une capsule plaquée aux tempes, et non plus une oreillette intra-auriculaire, cette technologie, déjà utilisée pour certains appareils auditifs, s'adresse directement à l'oreille interne sans priver le tympan de sa fonction première. Résultat : on entend distinctement la musique et en même temps la voiture qui vous arrive dans le dos. De quoi limiter les risques d'accident tout en pédalant en cadence même si la qualité sonore n'équivaut pas à celle d'un casque traditionnel. A.M.