Direction et syndicats disposent désormais de sept jours pour trouver une solution. Une action de grève pourrait donc être possible à partir du 11 mai. Si le processus devait aboutir à une telle démarche, il s'agirait seulement de la deuxième en 16 ans d'histoire pour Brussels Airlines. La seule recensée jusqu'à présent remonte à 2013, lorsque les pilotes avaient arrêté le travail durant une journée. Aux mois de janvier et février derniers, les pilotes avaient déjà mené des actions de zèle afin de se faire entendre. Celles-ci avaient occasionné des retards, quotidiennement, de quelques minutes à un quart d'heure sur des dizaines de vols. (Belga)