Selon la DH, certains parlementaires s'étonnent déjà de la procédure suivie. Belgocontrol étant une émanation de l'Etat, sa dénomination officielle doit être coulée dans la loi. Le même problème s'était posé avec la société Belgacom, qui était devenue Proximus sans attendre le feu vert légal, écrit le quotidien.