Son indice vedette, le Dow Jones, s'est apprécié de 0,92% pour finir à 29.297,64 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 1,06% pour clôturer à 9.357,13 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a pris 0,84% pour terminer à 3.316,81 points. Les investisseurs avaient déjà chaudement salué mercredi l'accord préliminaire signé à la Maison Blanche entre Washington et Pékin, qui vise à rééquilibrer le commerce entre les deux grandes puissances économiques. Et jeudi, le Congrès américain a définitivement ratifié le nouvel accord de libre-échange liant Etats-Unis, Mexique et Canada (AEUMC). "Les nombreuses incertitudes qui planaient sur le marché l'année dernière se sont dans leur ensemble dissipées", remarque Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. Outre le fait que les accords commerciaux ont bien été signés, rendant plus difficile tout retour en arrière, "les données économiques en Europe semblent s'améliorer un peu et les politiques monétaires des Banques centrales européenne et chinoise semblent commencer à porter leurs fruits", souligne-t-elle. "Il faut attendre de voir ce que vont donner l'ensemble des résultats d'entreprises du quatrième trimestre mais on a probablement dépassé le pire du petit ralentissement qu'on a rencontré l'année dernière et le marché pousse un soupir collectif de soulagement", avance Mme Ogg. Les statistiques du jour sur l'économie américaine étaient à cet égard solides. Les ventes au détail aux Etats-Unis ont notamment progressé de 0,3% en décembre par rapport au mois précédent, et ce malgré une faible progression des salaires. Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis ont, pour leur part, baissé plus que prévu tandis que l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a fortement accéléré en janvier. Autre nouvelle encourageante jeudi: Morgan Stanley a clôturé sur une note positive la saison des résultats 2019 des grandes banques américaines, en dégageant un bénéfice et un chiffre d'affaires record. Son titre a bondi de 6,60%. Entraînées par l'optimisme ambiant, les valeurs technologiques ont aussi particulièrement progressé, à l'instar de la maison mère de Google, Alphabet, qui a pour la première fois dépassé le seuil symbolique des 1.000 milliards de dollars de valorisation en Bourse. Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis montait à 1,806%, contre 1,783% mercredi à la clôture. (Belga)

Son indice vedette, le Dow Jones, s'est apprécié de 0,92% pour finir à 29.297,64 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 1,06% pour clôturer à 9.357,13 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a pris 0,84% pour terminer à 3.316,81 points. Les investisseurs avaient déjà chaudement salué mercredi l'accord préliminaire signé à la Maison Blanche entre Washington et Pékin, qui vise à rééquilibrer le commerce entre les deux grandes puissances économiques. Et jeudi, le Congrès américain a définitivement ratifié le nouvel accord de libre-échange liant Etats-Unis, Mexique et Canada (AEUMC). "Les nombreuses incertitudes qui planaient sur le marché l'année dernière se sont dans leur ensemble dissipées", remarque Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. Outre le fait que les accords commerciaux ont bien été signés, rendant plus difficile tout retour en arrière, "les données économiques en Europe semblent s'améliorer un peu et les politiques monétaires des Banques centrales européenne et chinoise semblent commencer à porter leurs fruits", souligne-t-elle. "Il faut attendre de voir ce que vont donner l'ensemble des résultats d'entreprises du quatrième trimestre mais on a probablement dépassé le pire du petit ralentissement qu'on a rencontré l'année dernière et le marché pousse un soupir collectif de soulagement", avance Mme Ogg. Les statistiques du jour sur l'économie américaine étaient à cet égard solides. Les ventes au détail aux Etats-Unis ont notamment progressé de 0,3% en décembre par rapport au mois précédent, et ce malgré une faible progression des salaires. Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis ont, pour leur part, baissé plus que prévu tandis que l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a fortement accéléré en janvier. Autre nouvelle encourageante jeudi: Morgan Stanley a clôturé sur une note positive la saison des résultats 2019 des grandes banques américaines, en dégageant un bénéfice et un chiffre d'affaires record. Son titre a bondi de 6,60%. Entraînées par l'optimisme ambiant, les valeurs technologiques ont aussi particulièrement progressé, à l'instar de la maison mère de Google, Alphabet, qui a pour la première fois dépassé le seuil symbolique des 1.000 milliards de dollars de valorisation en Bourse. Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis montait à 1,806%, contre 1,783% mercredi à la clôture. (Belga)