Georges Ugeux en librairie

14/09/10 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Source: Trends-Tendances

La crise aura donné l'occasion à de nombreux éditeurs - et à leurs auteurs - de s'adonner aux joies des livres économiques. Dernier exemple en date : Georges Ugeux, candidat malheureux à la présidence de l'ex-Fortis.

Georges Ugeux en librairie

© Belga

Candidat malheureux à la présidence de l'ex-Fortis (aujourd'hui Ageas), Georges Ugeux, ancien directeur du New York Stock Exchange, s'est pris au jeu de la rédaction d'un livre parlant de la crise financière, de ses avatars et de ses conséquences.

Reconverti dans le conseil et à la tête de sa propre société de consultance (Galileo Global Advisors) établie à New York, il publie ce mois-ci un ouvrage de 256 pages intitulé La trahison de la finance : 12 réformes pour rétablir la confiance. En autant de chapitres, il propose une série de remèdes pour éviter les rechutes : remettre à plat les systèmes de rémunération, renforcer les conseils d'administration, réformer les autorités de contrôle, encadrer l'innovation financière, recréer la transparence et la simplicité, responsabiliser les "conseillers", etc.

Au passage, George Ugeux égratigne Fortis et son ancien grand manitou, Maurice Lippens : "Le fondateur et président de Fortis s'est défendu de ne pas avoir été assez autoritaire vis-à-vis de son management, écrit-il. Il n'a, à aucun moment, assumé le fait qu'un montant de 40 milliards d'euros d'actifs toxiques n'a pas été publié dans le prospectus de l'augmentation de capital record effectuée pour financer l'acquisition d'ABN Amro." Et de souligner que ce refus de reconnaître les errements rend le retour de la confiance du public impossible.

Il pointe également, à propos des rémunérations à court terme favorisant les acquisitions plutôt que la croissance organique : "Fortis avait effectué près d'une cinquantaine d'acquisitions en cinq ans dans des domaines aussi variés que le trading en produits pétroliers et la banque de détail en Turquie. La dernière, celle d'ABN Amro, devait lui être fatale."

A lire aux éditions Odile Jacob.

Trends-Tendances

Nos partenaires