Ces alternatives à Google qui respectent votre vie privée

23/04/15 à 16:05 - Mise à jour à 16:06

Sur le marché des moteurs de recherche, Google n'est pas tout à fait seul. Mais ses concurrents, DuckDuckGo, Qwant, Ixquick ou encore Startpage, ont beau rivaliser d'imagination, ils peinent encore à se faire une place.

Ces alternatives à Google qui respectent votre vie privée

© iStock

Le 15 avril dernier, la Commission européenne accusait Google d'abus de position dominante. Le moteur de recherche profiterait de son succès pour mettre en avant ses propres services au détriment de l'internaute. Ce dernier se voit par exemple proposer des liens vers Google Shopping avant tous les autres sites. Souvent, il l'accepte, un peu par dépit. Pourtant, il existe des alternatives.

Les moteurs de recherche les plus privés au monde

Parmi elles, Bing, Yahoo, mais aussi de jeunes moteurs de recherche moins connus comme DuckDuckGo, Qwant, Ixquick ou encore Startpage. Ces quatre nouvelles plates-formes ont une chose en commun : leur engagement dans la protection des données personnelles. Toutes d'ailleurs se décrivent comme "le moteur de recherche le plus privé au monde". Derrière cette promesse aguichante, se cache l'ambition de faire à peu près tout ce que Google ne ferait pas d'après eux. A savoir, protéger votre vie privée.

Sur le site de DuckDuckGo, on trouve une liste de toutes les données personnelles qui sont collectées sur vous, souvent à votre insu. De l'adresse IP à l'historique de navigation, rien n'est secret pour Google. "C'est un peu effrayant que les employés des moteurs de recherche puissent voir toutes ces informations à votre propos, mais ce n'est pas le principal problème", explique le fondateur, Gabriel Weinberg. Ce qui l'effraie, ce n'est pas seulement la monétisation de ces données revendues à des entreprises, mais aussi le fait qu'elles puissent être, accidentellement ou non, rendues publiques, ou transmises aux autorités chargées de l'application de la loi. En effet, si rien n'oblige les moteurs de recherche à lister les moindres faits et gestes des internautes, il existe une loi qui les force à les mettre au service de la justice si une telle demande est formulée.

Le combat de David contre Goliath

Pour garder leur vie privée vraiment privée, certains mordus de la toile ont fait le choix de ces moteurs de recherche plus 'sécurisés'. Ils seraient de plus en plus nombreux. Par exemple, Qwant fait état dans un tweet d'1,6 milliards de requêtes sur l'année 2014. Chaque mois, le chiffre grandirait de 20%. Du côté de DuckDuckGo, on a compté ce mois de mars en moyenne 8,5 millions de requêtes quotidiennes. C'est presque deux fois plus qu'à la même période l'an dernier.

Ce succès est toutefois à nuancer: le trafic reste toujours, selon les termes de La Tribune, "lilliputien". Il est certain que si l'on compare leurs chiffres à ceux de Google, le fossé est flagrant. D'après les dernières statistiques annoncées, le leader du secteur supporterait chaque mois plus de 3 milliards de requête par jour, soit environ 100 milliards par mois, ou 1.200 milliards par an. A La Tribune, un porte-parole d'un lobby anti-Google, l'Open Internet Project, explique cet écart par une métaphore pour le moins imagée : "Qwant, c'est un peu comme les salades, on a rien contre, mais on préfère quand même prendre des frites". Le président exécutif de la firme, Eric Schmidt, maintient lui que "Google opère dans un paysage compétitif" et que "les gens ont le choix".

Hors Europe, Google subit les assauts de ses concurrents

Les statistiques tendent effectivement à soutenir cette idée que "la concurrence {ne serait} qu'à un clic". Là où Google a de sérieux concurrents, ses parts de marché par exemple baissent considérablement. En Union européenne, le géant se serait imposé dans 90 à 95% des cas. "Sauf en République tchèque", souligne La Tribune. Aux États-Unis, ce score tomberait à 64%. Le développement de Bing, Yahoo, Ask et AOL serait responsable de cette 'chute'. Dans certains pays, comme en Russie ou en Corée du Sud, des moteurs de recherche locaux dépassent même Google en termes de pénétration du marché.

S'il est encore loin de réaliser de telles prouesses, DuckDuckGo semble malgré tout plutôt bien parti. Fondé en 2008, ce méta-moteur, qui s'appuie sur d'autres sites comme Bing ou Wikipédia, a signé l'an dernier deux contrats significatifs. Ils lui auront permis d'être parmi la liste des moteurs de recherche par défaut sur Firefox de Mozilla, mais aussi sur Safari, via les iPhones et Mac. Aux côtés du grand Google. Qwant, lui, ne cesse de lever des fonds. Le groupe de médias Springer a aussi fait le choix de devenir l'un de ses principaux actionnaires, à hauteur de 20%. Cela aura permis au moteur de recherche de décupler le nombre de ses serveurs, et de conquérir les journaux Die Welt et Bild, dont il va devenir "le moteur par défaut", révèle La Tribune. Ce qui devrait lui ramener du trafic parmi les Allemands, qui formeraient déjà 28% de son public, pour l'instant cantonné à l'Europe...

Perrine Signoret

Nos partenaires