Brink's : le duo Loomis/Baron veulent imposer le statut ouvrier

24/12/10 à 09:26 - Mise à jour à 09:26

Source: Trends-Tendances

Loomis et Ramy Baron, auteurs de la seule offre de reprise de Brink's Belgium, veulent faire passer 265 travailleurs vers le statut ouvrier. Problème : ce changement de statut est la base du conflit social qui a mené à la demande de faillite.

Brink's : le duo Loomis/Baron veulent imposer le statut ouvrier

© Belga

Le duo candidat à la reprise de Brink's, Loomis et Ramy Baron, a opté pour le statut ouvrier et veut travailler avec un quart de personnel en moins, a-t-on appris jeudi lors de la présentation de l'offre aux syndicats.

Les négociations sur une possible reprise devraient démarrer le 11 janvier pour se terminer à la fin du mois, ont précisé les syndicats. Les négociations concernant les travailleurs et leur statut promettent d'être difficiles.

Le groupe suédois Loomis et l'homme d'affaires Ramy Baron, qui ont fait une offre conjointe pour Brink's, voudraient maintenir de 300 à 320 travailleurs sur un effectif actuel de 400. Le candidat-repreneur souhaiterait aussi faire passer 265 travailleurs du statut employé vers le statut ouvrier, selon la CSC.

Problème : ce changement de statut est la base du conflit social qui a éclaté chez Brink's Belgium et qui a mené à la demande de faillite.

Pour le syndicat libéral CGSLB, le changement de statut n'est pas discutable : "Le statut n'est pas la cause du problème, il ne doit donc pas être touché, a expliqué Guy Beckers de la CGSLB. On peut faire beaucoup d'économies rentables sans toucher à ce statut."

A la CSC, en revanche, on se dit prêt à discuter du statut : "La CSC préfère maintenir l'emploi, éventuellement avec des concessions sur le statut, explique Marc Geerinck. On préfère cela à voir disparaître la société."

Le syndicat socialiste a pris acte de la proposition, sans s'engager. Selon ce syndicat, le candidat-repreneur a promis 6 millions d'investissement en trois ans. Si les négociations aboutissent, la reprise pourrait être effective le 1er février.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires