Voilà, le gouvernement flamand a pris sa décision: à partir de 2029, les habitants du nord du pays désireux d'acquérir une voiture neuve ne pourront plus acheter que des modèles électriques. C'est un élément phare du plan climat adopté par l'exécutif visant à réduire de 40% les émissions de CO2 de la Région en 2030. La proposition d'origine, formulée par la ministre Lydia Peeters (Open Vld), évoquait les échéances de 2027 pour le neuf et 2030 pour l'occasion.
...

Voilà, le gouvernement flamand a pris sa décision: à partir de 2029, les habitants du nord du pays désireux d'acquérir une voiture neuve ne pourront plus acheter que des modèles électriques. C'est un élément phare du plan climat adopté par l'exécutif visant à réduire de 40% les émissions de CO2 de la Région en 2030. La proposition d'origine, formulée par la ministre Lydia Peeters (Open Vld), évoquait les échéances de 2027 pour le neuf et 2030 pour l'occasion. L'échéance de 2027 était trop proche pour la N-VA, qui fait partie de la majorité. Trop proche aussi pour les acteurs du secteur automobile (importateurs, distributeurs, loueurs) réunis dans la coupole Mobia, laquelle avait publié un communiqué à l'annonce du projet. "Nous pensons que le délai proposé par la ministre sera difficile à atteindre pour de nombreux automobilistes", indiquait le document. En raison du prix des voitures électriques, qui risque encore d'être élevé en 2027, malgré un recul régulier. Actuellement, une petite auto électrique se vend environ 30.000 euros, soit 10.000 de plus qu'une voiture thermique équivalente. D'autant que la Belgique, contrairement à tous les pays voisins, n'accorde aucune prime pour l'achat de ce type de véhicule. Le compromis négocié au sein du gouvernement flamand a reculé à 2029 l'échéance pour les automobiles neuves zéro émission. L'idée d'une date butoir pour les voitures d'occasion a été abandonnée. Cela laisse un peu de temps pour que l'offre s'améliore, mais cette transition accélérée restera un défi. "Notre point de vue est qu'il vaut mieux suivre l'objectif européen de 2035", déclare Gabriel Goffoy, porte-parole des importateurs (Febiac). L'impact sera important. La part des voitures neuves immatriculées en Flandre représente 61% du total annuel national, soit environ 300.000 véhicules sur 500.000, hors période covid. Tout le monde n'est pas effrayé par cette perspective. "C'est une mesure forte et positive", estime Laurent Minguet, cofondateur d'EVS, ingénieur civil, membre de l'Académie royale de Belgique, qui roule depuis plus de cinq ans en électrique. Il estime même que 2027 aurait été une échéance réaliste. "Le surcoût actuel des voitures électriques n'est pas si important, car vous économisez à l'usage." Laurent Minguet roule en Tesla, une marque qui dispose de son propre réseau de bornes rapides. "Tesla a annoncé que ce réseau s'ouvrira aux autres marques, cela va grandement faciliter les choses", ajoute-t-il. De premiers tests sont en cours aux Pays-Bas. Mais il reconnaît que les autres bornes peuvent être difficiles à utiliser. "D'ici l'échéance, les réseaux de bornes devraient s'améliorer et s'avérer d'un usage plus aisé." Mobia n'a toutefois pas tort en parlant de confusion. La Flandre interdira la vente de voitures neuves thermiques, même hybrides, à partir de 2029. Les voitures de société commandées à partir de 2026 devront être zéro émission pour rester déductibles. En 2035, la Région de Bruxelles-Capitale interdira la circulation des véhicules qui émettent du CO2. Et l'Union européenne souhaite interdire la vente de ce type de véhicules la même année (mais pas la circulation). Il faut suivre...