Tout comme l'an dernier, la Belgique occupe encore le quatrième rang sur la liste des économies les plus productives. Seules la Norvège (riche en pétrole), le Luxembourg (centre financier) et l'Irlande (paradis fiscal) affichent de meilleurs scores. Toutefois, la réputation de la forte productivité belge est en danger alors que celle-ci a baissé pour la première fois en six ans, lorsque qu'elle est pourtant en hausse dans la plupart des pays. "La Belgique a créé de nombreux emplois, mais dont la productivité est apparemment limitée", explique Klass de Vries, économiste de The Conference Board et un des auteurs de l'étude. La baisse des coûts salariaux rend désormais rentable la création d'emplois pour des travailleurs moins qualifiés. Vu que la productivité de ces emplois est relativement faible, la politique menée par le gouvernement a eu un impact sur l'évolution de la productivité globale du pays. La Banque nationale de Belgique (BNB) pointe aussi un problème de répartition de la technologie car l'augmentation de la productivité et les investissements dans la recherche et le développement sont concentrés au sein d'un petit groupe de grandes entreprises surtout actives dans les secteurs chimique et pharmaceutique. La BNB cite aussi les problèmes de mobilité et de qualité de l'infrastructure.