La musique est d'abord celle des mots, ceux des quatre nouvelles écrites de la main de Thomas Gunzig. Et puis la musique tout court, qui s'invite à Wolubilis dans Assortiment pour une vie meilleure, incarnée par Pierre Jacqmin à la basse et aux samples, et relayant les phra...

La musique est d'abord celle des mots, ceux des quatre nouvelles écrites de la main de Thomas Gunzig. Et puis la musique tout court, qui s'invite à Wolubilis dans Assortiment pour une vie meilleure, incarnée par Pierre Jacqmin à la basse et aux samples, et relayant les phrases de La girafe, Le koala, L'eau salée, Largo, récits qui reprennent ce qui s'apparente désormais à des leitmotivs d'écriture de la part de l'écrivain polymorphe né en 1970. A savoir dans la sélection qui nous concerne - quatre variations sur le thème de l'amour contrarié - les sentiments d'absurdité, d'étrangeté, d'autofiction qui veulent d'abord contrer la banalité des émotions. Fils d'un physicien et cosmologiste juif né en Catalogne pendant la Guerre d'Espagne, Thomas Gunzig a conçu une vision singulière de l'univers, décidant que la littérature serait sa façon à lui de dessiner le destin des planètes. Diplômé en sciences politiques et auteur d'une première publication en 1993, ce karateka certifié se distingue aussi par son appétit des genres : roman, radio, scénario - notamment en compagnie de Jaco Van Dormael - et même théâtre, comme cette pièce montée au KVS sur Raymond Goethals. La rencontre littéraire et musicale de Wolubilis reprend le principe d'autres soirées similaires, organisées à la Maison Autrique. Le 27 novembre à Wolubilis, www.wolubilis.bePar Philippe Cornet