A l'initiative de la Région wallonne, cette digue est testée rue du Bordelais à Lincent. Si ce système peu onéreux et importé de France fonctionne, il pourrait être généralisé.

"Les pieux sont plantés dans le sol. De la paille a été apporté par un agriculteur et a été placée à l'intérieur des treillis. Cela permet de constituer un mur de paille. Lorsque la boue arrive contre cette digue, seule l'eau passe et la terre est retenue. C'est donc de l'eau qui coule dans les rigoles. Ceci empêche que les avaloirs soient bouchés", explique Olivier Winnen, le bourgmestre de la commune de Lincent.

Vendredi matin alors que les 200 mètres de barrage n'étaient pas entièrement placées, un orage a éclaté. Là où le barrage était établi les boues ont été filtrées. Aucune coulée de boue n'a été à déplorer.

"Si ce système est efficace, il y aura un budget pour 2012 pour permettre de placer de tels barrages là où c'est nécessaire", explique le bourgmestre de Lincent.

Trends.be avec Belga

A l'initiative de la Région wallonne, cette digue est testée rue du Bordelais à Lincent. Si ce système peu onéreux et importé de France fonctionne, il pourrait être généralisé. "Les pieux sont plantés dans le sol. De la paille a été apporté par un agriculteur et a été placée à l'intérieur des treillis. Cela permet de constituer un mur de paille. Lorsque la boue arrive contre cette digue, seule l'eau passe et la terre est retenue. C'est donc de l'eau qui coule dans les rigoles. Ceci empêche que les avaloirs soient bouchés", explique Olivier Winnen, le bourgmestre de la commune de Lincent. Vendredi matin alors que les 200 mètres de barrage n'étaient pas entièrement placées, un orage a éclaté. Là où le barrage était établi les boues ont été filtrées. Aucune coulée de boue n'a été à déplorer. "Si ce système est efficace, il y aura un budget pour 2012 pour permettre de placer de tels barrages là où c'est nécessaire", explique le bourgmestre de Lincent. Trends.be avec Belga