Contre vents et marées, le Belge garde une brique dans le ventre. Pour près de 8 Belges sur 10, devenir propriétaire est même important, voire indispensable, selon le dernier baromètre de la banque CBC "Les Belges et l'immobilier"*. 64% d'entre eux sont d'ailleurs déjà propriétaires, 23% en ont l'intention, une tendance stable par rapport à 2021 malgré le contexte de crise sanitaire et de situation économique instable.

En termes d'investissement immobilier, le Belge est mu par trois grandes motivations : agir en bon père de famille (30%) pour mettre ses proches à l'abri, assurer sa pension (28%) une fois l'habitation payée, et investir son argent (23%).

Près de 20% des Belges déclarent avoir le projet d'acheter une seconde résidence.

Cédric Matte, Directeur Général du Marché Retail chez CBC

Cependant, plus de 8 Belges sur 10 trouvent la réalisation de leur projet immobilier plutôt complexe (61%), voire très complexe (25%), constate l'étude CBC. Parmi les freins qu'ils identifient, le prix trop élevé des biens (43%). Celui-ci est en hausse de 5% par rapport à 2021. Viennent ensuite comme obstacles leurs ressources financières (36%) et leurs revenus (33%).

Pour Cédric Matte, Directeur Général du Marché Retail chez CBC, "la crise sanitaire n'a clairement pas entamé l'intérêt des Belges pour l'immobilier. Chez CBC, nous constatons d'ailleurs une hausse significative de notre portefeuille de crédits hypothécaires en 2021. Près de 20% des Belges déclarent ainsi avoir le projet d'acheter une seconde résidence. Or, notre Observatoire confirme un constat fait sur le terrain ; la réalisation d'un projet immobilier est perçue comme très complexe par les Belges. Les prix de l'immobilier ont fortement augmenté dans certaines régions prisées et la crise y a joué un rôle majeur. Certains biens se font de plus en plus rares et l'évolution des prix des matériaux et des énergies accentue cette difficulté. Les jeunes semblent ainsi continuer à retarder leur projet d'achat afin d'arriver mieux armés sur le marché et à investir au bon moment."

La moitié des propriétaires (50%) envisage de rendre leur habitation plus durable, GETTY
La moitié des propriétaires (50%) envisage de rendre leur habitation plus durable © GETTY

La durabilité, une réelle préoccupation des Belges

Parmi les biens recherchés par les Belges, près de 6 sur 10 se tourneraient vers une habitation neuve et durable (58%) et 2 sur 10 se tourneraient vers une habitation à rénover en vue de la rendre plus durable (20%). Par ailleurs, aujourd'hui seuls 4 Belges sur 10 considèrent leur habitation actuelle durable. 38% des propriétaires savent que leur habitation n'est pas durable et 22% n'en ont aucune idée.

La moitié des propriétaires (50%) envisage de rendre leur habitation plus durable, en plaçant, dans l'ordre de priorité, une bonne isolation, des panneaux photovoltaïques, et une pompe à chaleur. 4 propriétaires sur 10 ont d'ailleurs l'intention de rénover leur habitation en 2022. Quant à la performance énergétique/écologique de leur habitation, elle sera prise en compte par plus de 8 propriétaires sur 10 ayant l'intention de réaliser des travaux de rénovation, une tendance en hausse de 9% par rapport à l'année dernière.

"L'intention des Belges de rénover leur habitation pour la rendre plus durable est louable. Et lorsqu'on sait qu'une maison compte plus de 1200 composants, on imagine à quel point le défi est de taille. Rendre une habitation plus durable est complexe et se fait progressivement. Il est évident qu'il s'agit d'un enjeu de durabilité, mais aussi de confort et de qualité de vie. La crise est passée par là avec la généralisation du télétravail qui a engendré une augmentation de la consommation d'énergie des ménages. A cela s'ajoute aujourd'hui une forte hausse des prix de l'énergie. Ces facteurs, couplés au fait que certains ménages ont épargné plus pendant la crise, encouragent à la rénovation", constate André De Herde, Professeur émérite de la Faculté d'architecture de l'UCLouvain.

Le parcours immobilier se digitalise

L'Observatoire CBC s'est également intéressé aux Belges et à la digitalisation du secteur immobilier. Actuellement, les sites en ligne s'imposent comme le meilleur moyen de rechercher un bien immobilier pour 66% des Belges, loin devant un rendez-vous dans une agence immobilière (15%), dans un mouchoir de poche avec le bouche à oreilles (13%).

Mais la tendance au digital ne s'arrête pas à la recherche d'un bien immobilier, mais aussi à son acquisition puisqu'à l'avenir, 1/3 des (futurs) propriétaires serait prêt à souscrire un crédit hypothécaire en ligne de A à Z, une tendance encore plus marquée chez les jeunes (40%). Cédric Matte constate : "Chez CBC Banque & Assurance, entre 10 et 15% des demandes de crédits éligibles sont aujourd'hui entièrement traitées digitalement et la grande majorité des crédits hypothécaires a été signée digitalement via nos apps. Et afin de compléter le parcours client, le processus digital inclut également les assurances en vue de leur faciliter la vie. Ainsi, plus de 30% des assurances habitation pour les particuliers sont actuellement traitées entièrement de manière digitale."

Le lien entre le digital et la durabilité est aussi avéré puisque pour 6 Belges sur 10, réduire leur facture d'énergie est le principal objectif d'une habitation connectée (49%), devant la qualité de vie dans leur logement (43%) et sa performance énergétique (42%). Les thermostats intelligents (54%), les capteurs de fumée (40%) et les compteurs d'énergie (39%) sont les objets connectés les plus prisés par les Belges, majoritairement dans un but énergétique.

*Échantillon représentatif de la population belge âgée de 18 à 70 ans, sondage réalisé en janvier 2022. 1082 répondants.

Contre vents et marées, le Belge garde une brique dans le ventre. Pour près de 8 Belges sur 10, devenir propriétaire est même important, voire indispensable, selon le dernier baromètre de la banque CBC "Les Belges et l'immobilier"*. 64% d'entre eux sont d'ailleurs déjà propriétaires, 23% en ont l'intention, une tendance stable par rapport à 2021 malgré le contexte de crise sanitaire et de situation économique instable. En termes d'investissement immobilier, le Belge est mu par trois grandes motivations : agir en bon père de famille (30%) pour mettre ses proches à l'abri, assurer sa pension (28%) une fois l'habitation payée, et investir son argent (23%).Cependant, plus de 8 Belges sur 10 trouvent la réalisation de leur projet immobilier plutôt complexe (61%), voire très complexe (25%), constate l'étude CBC. Parmi les freins qu'ils identifient, le prix trop élevé des biens (43%). Celui-ci est en hausse de 5% par rapport à 2021. Viennent ensuite comme obstacles leurs ressources financières (36%) et leurs revenus (33%).Pour Cédric Matte, Directeur Général du Marché Retail chez CBC, "la crise sanitaire n'a clairement pas entamé l'intérêt des Belges pour l'immobilier. Chez CBC, nous constatons d'ailleurs une hausse significative de notre portefeuille de crédits hypothécaires en 2021. Près de 20% des Belges déclarent ainsi avoir le projet d'acheter une seconde résidence. Or, notre Observatoire confirme un constat fait sur le terrain ; la réalisation d'un projet immobilier est perçue comme très complexe par les Belges. Les prix de l'immobilier ont fortement augmenté dans certaines régions prisées et la crise y a joué un rôle majeur. Certains biens se font de plus en plus rares et l'évolution des prix des matériaux et des énergies accentue cette difficulté. Les jeunes semblent ainsi continuer à retarder leur projet d'achat afin d'arriver mieux armés sur le marché et à investir au bon moment."Parmi les biens recherchés par les Belges, près de 6 sur 10 se tourneraient vers une habitation neuve et durable (58%) et 2 sur 10 se tourneraient vers une habitation à rénover en vue de la rendre plus durable (20%). Par ailleurs, aujourd'hui seuls 4 Belges sur 10 considèrent leur habitation actuelle durable. 38% des propriétaires savent que leur habitation n'est pas durable et 22% n'en ont aucune idée. La moitié des propriétaires (50%) envisage de rendre leur habitation plus durable, en plaçant, dans l'ordre de priorité, une bonne isolation, des panneaux photovoltaïques, et une pompe à chaleur. 4 propriétaires sur 10 ont d'ailleurs l'intention de rénover leur habitation en 2022. Quant à la performance énergétique/écologique de leur habitation, elle sera prise en compte par plus de 8 propriétaires sur 10 ayant l'intention de réaliser des travaux de rénovation, une tendance en hausse de 9% par rapport à l'année dernière."L'intention des Belges de rénover leur habitation pour la rendre plus durable est louable. Et lorsqu'on sait qu'une maison compte plus de 1200 composants, on imagine à quel point le défi est de taille. Rendre une habitation plus durable est complexe et se fait progressivement. Il est évident qu'il s'agit d'un enjeu de durabilité, mais aussi de confort et de qualité de vie. La crise est passée par là avec la généralisation du télétravail qui a engendré une augmentation de la consommation d'énergie des ménages. A cela s'ajoute aujourd'hui une forte hausse des prix de l'énergie. Ces facteurs, couplés au fait que certains ménages ont épargné plus pendant la crise, encouragent à la rénovation", constate André De Herde, Professeur émérite de la Faculté d'architecture de l'UCLouvain.L'Observatoire CBC s'est également intéressé aux Belges et à la digitalisation du secteur immobilier. Actuellement, les sites en ligne s'imposent comme le meilleur moyen de rechercher un bien immobilier pour 66% des Belges, loin devant un rendez-vous dans une agence immobilière (15%), dans un mouchoir de poche avec le bouche à oreilles (13%). Mais la tendance au digital ne s'arrête pas à la recherche d'un bien immobilier, mais aussi à son acquisition puisqu'à l'avenir, 1/3 des (futurs) propriétaires serait prêt à souscrire un crédit hypothécaire en ligne de A à Z, une tendance encore plus marquée chez les jeunes (40%). Cédric Matte constate : "Chez CBC Banque & Assurance, entre 10 et 15% des demandes de crédits éligibles sont aujourd'hui entièrement traitées digitalement et la grande majorité des crédits hypothécaires a été signée digitalement via nos apps. Et afin de compléter le parcours client, le processus digital inclut également les assurances en vue de leur faciliter la vie. Ainsi, plus de 30% des assurances habitation pour les particuliers sont actuellement traitées entièrement de manière digitale."Le lien entre le digital et la durabilité est aussi avéré puisque pour 6 Belges sur 10, réduire leur facture d'énergie est le principal objectif d'une habitation connectée (49%), devant la qualité de vie dans leur logement (43%) et sa performance énergétique (42%). Les thermostats intelligents (54%), les capteurs de fumée (40%) et les compteurs d'énergie (39%) sont les objets connectés les plus prisés par les Belges, majoritairement dans un but énergétique.*Échantillon représentatif de la population belge âgée de 18 à 70 ans, sondage réalisé en janvier 2022. 1082 répondants.