"2022 a démarré en fanfare, lance Stéphanie Cambier d'Immo Cambier De Nil. Il est très agréable de travailler sur le marché actuel. Pendant la pandémie, le stress était palpable. Aujourd'hui, les candidats acheteurs prennent le temps de revisiter un bien à leur aise." Alex Dewulf, gérant de l'agence éponyme, évoque un "marché favorable, moins surchauffé". "Le marché de ventes le plus fou que j'ai vu de ma carrière vit ses derniers jours, dit-il. En 2021, on avait parfois l'impression que tout pouvait se vendre à n'importe quel prix. Ce n'est plus le cas: les biens mis en vente à un prix vraiment surfait ne trouvent pas...

"2022 a démarré en fanfare, lance Stéphanie Cambier d'Immo Cambier De Nil. Il est très agréable de travailler sur le marché actuel. Pendant la pandémie, le stress était palpable. Aujourd'hui, les candidats acheteurs prennent le temps de revisiter un bien à leur aise." Alex Dewulf, gérant de l'agence éponyme, évoque un "marché favorable, moins surchauffé". "Le marché de ventes le plus fou que j'ai vu de ma carrière vit ses derniers jours, dit-il. En 2021, on avait parfois l'impression que tout pouvait se vendre à n'importe quel prix. Ce n'est plus le cas: les biens mis en vente à un prix vraiment surfait ne trouvent pas preneurs. Pour autant, les acheteurs n'hésitent pas à payer très cher à Knokke, pourvu que le bien réponde à tous leurs critères." Les chiffres récemment publiés par Hillewaere Vastgoed le confirment: le foncier de luxe attire toujours les grosses fortunes à Knokke-Heist. En 2021, la plus mondaine des stations balnéaires a vu quelque 153 maisons et 235 appartements se négocier plus d'un million. A titre de comparaison: sur le marché des appartements, Anvers vient en seconde position avec 34 appartements de luxe de plus d'un million d'euros. Uccle occupe la troisième place du podium avec 21 transactions supérieures au million. Les statistiques des notaires font apparaître un énorme fossé avec les autres communes côtières. En 2021, le prix médian des appartements knokkois a forci de 6,6% pour s'établir à 506.250 euros alors que le prix médian pour l'ensemble du marché du littoral ne dépasse pas la moitié (242.000 euros). Dans les segments plus onéreux, comme ceux des villas et des appartements en front de mer, les différences de prix sont encore plus marquées. Le prix médian des appartements sur la digue de Knokke a augmenté de 12,7%, pour atteindre 1 million d'euros. Le refroidissement du marché n'est cependant pas de nature à pousser les prix à la baisse, selon les agents contactés. Au contraire, ils anticipent une "valorisation plus lente". "A Knokke, l'offre de biens aux emplacements de premier choix est très limitée" explique Alex Dewulf. L'excellente qualité de vie à Knokke attire de plus en plus de résidents permanents, confie Stéphanie Cambier. "Il s'agit souvent de personnes qui télétravaillent et ne doivent pas voyager pour leur job, précise-t-elle. Il y a une dizaine d'années, 10 à 15% seulement des biens achetés étaient appelés à devenir une résidence permanente, contre 30 à 40% aujourd'hui." Sur le marché du bâti neuf, le bureau d'études de Crombrugghe & Partners enregistre un renchérissement du prix médian de 10,1% sur base annuelle à Knokke-Heist, jusqu'à 6.800 euros/m2, une hausse nettement plus marquée que dans les autres stations balnéaires. Et aux situations de premier choix à Knokke, les prix sont encore plus exceptionnels. Alex Dewulf est responsable de la vente du projet Duinbergen au coin de la digue et de la Meerlaan. "Un appartement avec vue sur mer latérale coûte 12 à 13.000 euros/m2, dit-il. Pour une vue sur mer frontale, comptez quasi 20.000 euros. Et encore, c'est à Duinbergen, pas au Zoute."