La commune la plus occidentale de la côte revit depuis quelques années. Ses investissements, dans l'infrastructure routière et cycliste notamment, ainsi que la proximité de Plopsaland, contribuent à la popularité de La Panne. "L'offre immobilière y est particulièrement diversifiée, explique Liesbeth Himpens, de l'agence Caenen. Dans notre portefeuille actuel, l'appartement le moins cher est affiché 145.000 euros, le plus onéreux est à 650.000 euros. Entre ces deux extrêmes, le client a le choix entre de très nombreuses possibilités."
...

La commune la plus occidentale de la côte revit depuis quelques années. Ses investissements, dans l'infrastructure routière et cycliste notamment, ainsi que la proximité de Plopsaland, contribuent à la popularité de La Panne. "L'offre immobilière y est particulièrement diversifiée, explique Liesbeth Himpens, de l'agence Caenen. Dans notre portefeuille actuel, l'appartement le moins cher est affiché 145.000 euros, le plus onéreux est à 650.000 euros. Entre ces deux extrêmes, le client a le choix entre de très nombreuses possibilités." "Avant, les biens en vente étaient légion, constate Frédéric Delrive, d'Immo La Panne. L'offre est aujourd'hui fortement réduite, ce qui pousse les prix à la hausse. L'immobilier bien situé devient difficile à trouver. Et quand un bien de ce genre se présente à la vente, l'acheteur n'a pas intérêt à traîner. Nous constatons par ailleurs que les appartements parachevés et prêts à emménager sont proportionnellement plus chers et trouvent plus vite preneur que les flats à rénover." Selon les statistiques notariales, le prix médian des appartements sur la digue pannoise a forci de 5% entre 2020 et 2021, pour se fixer à 210.000 euros. Mais un budget de 176.500 euros était suffisant pour le candidat-acheteur qui acceptait de se passer de la vue sur mer. La Panne est et reste le marché foncier le moins coûteux du littoral occidental. "Les prix n'ont cessé de progresser l'an dernier, ici comme ailleurs, souligne toutefois Liesbeth Himpens. La demande est très élevée tandis que l'offre s'amenuise." D'après Frédéric Delrive également, tous les agents de la région voient leurs biens se valoriser sensiblement depuis quelques années. "Tant les prix à la vente qu'à la location ont bonifié l'an dernier, dit-il. Ils continuent à forcir légèrement pour le moment, même si un léger ralentissement commence à se faire sentir par rapport à l'année dernière." Les projets de bâti neuf ont eux aussi nettement crû à La Panne l'an dernier. De 2020 à 2021, le bureau d'études de Crombrugghe & Partners a noté une augmentation de prix de 8,9%. Et rien que l'année dernière, ceux-ci ont augmenté de 7,5%, la plus forte hausse de tout le littoral occidental. Mais avec un prix de 3.600 euros/m2 (soit 288.000 euros pour un appartement de 80 m2), La Panne reste une des localités les moins onéreuses également sur le marché du bâti neuf. Outre la pénurie sur le marché immobilier, l'extrême rapidité avec laquelle les acheteurs se sont décidés est une des tendances les plus surprenantes observées l'an dernier, selon les agents. Les ventes s'effectuent d'ailleurs quasi toutes au prix demandé, indiquent nos interlocuteurs. "La majoration des droits d'enregistrement de 10 à 12% a probablement aussi joué dans la rapidité de décision, indique Liesbeth Himpens. De nombreux seconds résidents ont fait l'impossible pour finaliser leur achat avant la fin de l'année. Ce qui explique le calme plat des premiers mois de l'année suivante sur le marché immobilier."