Concrètement, onze vols en provenance de Madrid ne seront plus effectués etla fréquence des vols entre la capitale espagnole et 24 autres villes, Charleroi notamment, sera diminuée. Depuis l'aéroport de Barcelone,

quatre destinations seront supprimées et 22 villes, dont Charleroi à nouveau, seront desservies moins fréquemment. Ryanair calcule que Madrid tombera à 253 vols en moins par semaine, soit 1,3 million de passagers. Pour Barcelone, cela représentera 240 vols et 1 million de passagers en moins.

Selon Ryanair, la mesure coûtera 1.300 emplois locaux dans la capitale espagnole et encore 1.000 dans la région catalane.

"Ces augmentations excessives de taxes sont dommageables pour le tourisme espagnol, les emplois et l'économie, au moment où le chômage chez les jeunes atteint les 50% en Espagne", estime l'exubérant dirigeant de Ryanair, Michael O'Leary. "Nous pouvons encore revoir la suppression des lignes et les fréquences, seulement si l'Espagne reconsidère la hausse des taxes aéroportuaires et diminue les tarifs d'aéroports élevés."

Le gouvernement espagnol a décidé d'augmenter les taxes d'aéroport, le 30 juin dernier, de 1,70 à 2 euros par passager, avec effet immédiat au 1er juillet. Les taxes ont néanmoins davantage augmenté à Barcelone (+8,95 euros) et à Madrid (+9,12 euros).

Trends.be avec Belga

Concrètement, onze vols en provenance de Madrid ne seront plus effectués etla fréquence des vols entre la capitale espagnole et 24 autres villes, Charleroi notamment, sera diminuée. Depuis l'aéroport de Barcelone, quatre destinations seront supprimées et 22 villes, dont Charleroi à nouveau, seront desservies moins fréquemment. Ryanair calcule que Madrid tombera à 253 vols en moins par semaine, soit 1,3 million de passagers. Pour Barcelone, cela représentera 240 vols et 1 million de passagers en moins. Selon Ryanair, la mesure coûtera 1.300 emplois locaux dans la capitale espagnole et encore 1.000 dans la région catalane. "Ces augmentations excessives de taxes sont dommageables pour le tourisme espagnol, les emplois et l'économie, au moment où le chômage chez les jeunes atteint les 50% en Espagne", estime l'exubérant dirigeant de Ryanair, Michael O'Leary. "Nous pouvons encore revoir la suppression des lignes et les fréquences, seulement si l'Espagne reconsidère la hausse des taxes aéroportuaires et diminue les tarifs d'aéroports élevés." Le gouvernement espagnol a décidé d'augmenter les taxes d'aéroport, le 30 juin dernier, de 1,70 à 2 euros par passager, avec effet immédiat au 1er juillet. Les taxes ont néanmoins davantage augmenté à Barcelone (+8,95 euros) et à Madrid (+9,12 euros).Trends.be avec Belga