L'objectif principal de la mesure est de faciliter l'accès des Bruxellois à l'emploi. Actiris ne dispose actuellement que d'environ 15% des offres d'emploi alors que le taux de chômage dépasse les 20% dans la capitale. Le ministre bruxellois de l'Emploi, Benoit Cerexhe, veut ainsi un "processus plus transparent", rapporte le quotidien économique.

Un autre avantage lié à cette obligation est de mieux lutter contre les discriminations.

Les entreprises qui ne transmettraient pas leurs offres d'emplois pourraient essuyer de lourdes sanctions, comme l'inéligibilité aux aides régionales.

Les employeurs ne voient pas cette mesure d'un bon oeil. "Cette obligation ne réglera en rien le défi structurel de l'inadéquation entre offre et demande sur le marché du travail", estime Jean-Claude Daoust, président de Beci.

Avec Belga

L'objectif principal de la mesure est de faciliter l'accès des Bruxellois à l'emploi. Actiris ne dispose actuellement que d'environ 15% des offres d'emploi alors que le taux de chômage dépasse les 20% dans la capitale. Le ministre bruxellois de l'Emploi, Benoit Cerexhe, veut ainsi un "processus plus transparent", rapporte le quotidien économique. Un autre avantage lié à cette obligation est de mieux lutter contre les discriminations. Les entreprises qui ne transmettraient pas leurs offres d'emplois pourraient essuyer de lourdes sanctions, comme l'inéligibilité aux aides régionales. Les employeurs ne voient pas cette mesure d'un bon oeil. "Cette obligation ne réglera en rien le défi structurel de l'inadéquation entre offre et demande sur le marché du travail", estime Jean-Claude Daoust, président de Beci.Avec Belga