Les risques liés à une surtension du réseau peuvent causer des dégâts aux appareils électriques ou causer des incendies dans les cas les plus graves. La couverture des dommages est fonction du contrat d'assurance incendie. Certains contrats proposent même d'assurer la perte du contenu d'un surgélateur, "une chose assez courante d'ailleurs dans les contrats", selon M. Robyns.

Par ailleurs, en cas de panne importante ou de black-out, de nombreux particuliers redoutent que leur habitation soit victime d'un cambriolage en raison d'une alarme défaillante. "Il faut surtout préciser que les systèmes d'alarme disposent de batteries autonomes. Il n'y a donc pas de souci à se faire du côté des alarmes domestiques et ne pas fantasmer sur des cambriolages en série", précise encore le porte-parole d'Assuralia.

En raison de l'indisponibilité de trois réacteurs nucléaires, la Belgique pourrait être confrontée cet hiver à une pénurie de courant.

Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, a estimé que le pays pourrait manquer de 49 heures d'électricité entre le 1er novembre et le 31 mai. En cas d'hiver exceptionnel, la pénurie pourrait grimper à 116 heures. Un plan de délestage a été préparé afin d'affronter la situation si nécessaire.

Les risques liés à une surtension du réseau peuvent causer des dégâts aux appareils électriques ou causer des incendies dans les cas les plus graves. La couverture des dommages est fonction du contrat d'assurance incendie. Certains contrats proposent même d'assurer la perte du contenu d'un surgélateur, "une chose assez courante d'ailleurs dans les contrats", selon M. Robyns. Par ailleurs, en cas de panne importante ou de black-out, de nombreux particuliers redoutent que leur habitation soit victime d'un cambriolage en raison d'une alarme défaillante. "Il faut surtout préciser que les systèmes d'alarme disposent de batteries autonomes. Il n'y a donc pas de souci à se faire du côté des alarmes domestiques et ne pas fantasmer sur des cambriolages en série", précise encore le porte-parole d'Assuralia. En raison de l'indisponibilité de trois réacteurs nucléaires, la Belgique pourrait être confrontée cet hiver à une pénurie de courant. Elia, le gestionnaire du réseau haute tension, a estimé que le pays pourrait manquer de 49 heures d'électricité entre le 1er novembre et le 31 mai. En cas d'hiver exceptionnel, la pénurie pourrait grimper à 116 heures. Un plan de délestage a été préparé afin d'affronter la situation si nécessaire.