Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a convoqué un comité ministériel restreint (kern) ce lundi afin de faire le point sur la remontée des cas de coronavirus dans notre pays, a indiqué son porte-parole dimanche à Belga. Ce kern est prévu en prélude du Codeco de ce vendredi 29 octobre.

Le kern discutera, sur la base des avis scientifiques de la commission covid et du groupe d'experts GEMS, entre autres, d'une base fédérale plus large comprenant une obligation étendue de port du masque à l'intérieur. Un retour plus systématique au télétravail est aussi sur la table. Depuis le 1er septembre, le télétravail n'est plus recommandé, sauf à Bruxelles, où la situation sanitaire reste compliquée, à cause de la faible couverture vaccinale.

Selon le Premier ministre, il est clair que les chiffres actuels du coronavirus ne permettent pas encore de supprimer progressivement la phase fédérale. Alexander De Croo veut se concentrer sur "la vigilance et la prudence". D'autant plus que les gens recommencent à avoir plus de contacts, que la météo est moins clémente et que les gens passent plus de temps à l'intérieur. C'est notamment le cas des entreprises qui avaient vu revenir nombre de leurs collaborateurs à la rentrée. Le Premier ministre souligne qu'il n'est pas question de fermer un quelconque secteur.

Cette réunion du kern visera probablement à "regénéraliser" à l'ensemble de la Belgique des mesures qui avaient été maintenues en Wallonie et à Bruxelles concernant le port du masque ou le télétravail, a commenté Pierre-Yves Dermagne le vice-Premier ministre (PS).

Le vice Premier ministre et ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne., BELGA
Le vice Premier ministre et ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne. © BELGA

Ce dernier qualifie la situation sanitaire de "préoccupante", nécessitant la prise de mesures complémentaires. Mais il n'est pas question de refermer certains secteurs de l'économie, a-t-il rassuré. "Il va falloir prendre des mesures complémentaires. Il n'est pas question aujourd'hui de refermer des secteurs, mais il y a des mesures à prendre. Je pense à la question du télétravail. On va devoir à nouveau inviter les employeurs et les travailleurs à favoriser et à mettre en place ce télétravail. On ne le fait plus assez, on le voit dans la circulation le matin et le soir. Des mesures, qui existent en Wallonie et à Bruxelles, vont sans doute devoir être regénéralisées sur le territoire", indique-t-il sur RTL.

Frank Vandenbroucke, ministre de la Santé (Vooruit) défend également l'idée de recommander à nouveau le télétravail. Autre mesure avancée : abaisser de 75 à 50 participants le seuil à partir duquel le CST est requis pour un événement.

À la suite du Codeco du 17 septembre dernier, au cours duquel un "socle fédéral" de mesures avait été défini, les Régions avaient été laissées libres d'adopter des règles plus contraignantes si la situation épidémiologique sur leur territoire le requérait, ce qui avait été le cas à Bruxelles et en Wallonie. La Flandre, elle, s'en est largement tenue au socle fédéral: depuis le 1er octobre, le port du masque n'y est plus obligatoire en magasin, au restaurant, dans les salles de sport, dans une administration ou au cinéma. Par ailleurs, depuis le 1er septembre, le télétravail n'est plus fortement recommandé en Flandre ni en Wallonie, mais il le reste à Bruxelles. Cela pourrait donc à nouveau changer lors des prochaines semaines à cause de cette remontée épidémique.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a convoqué un comité ministériel restreint (kern) ce lundi afin de faire le point sur la remontée des cas de coronavirus dans notre pays, a indiqué son porte-parole dimanche à Belga. Ce kern est prévu en prélude du Codeco de ce vendredi 29 octobre. Le kern discutera, sur la base des avis scientifiques de la commission covid et du groupe d'experts GEMS, entre autres, d'une base fédérale plus large comprenant une obligation étendue de port du masque à l'intérieur. Un retour plus systématique au télétravail est aussi sur la table. Depuis le 1er septembre, le télétravail n'est plus recommandé, sauf à Bruxelles, où la situation sanitaire reste compliquée, à cause de la faible couverture vaccinale. Selon le Premier ministre, il est clair que les chiffres actuels du coronavirus ne permettent pas encore de supprimer progressivement la phase fédérale. Alexander De Croo veut se concentrer sur "la vigilance et la prudence". D'autant plus que les gens recommencent à avoir plus de contacts, que la météo est moins clémente et que les gens passent plus de temps à l'intérieur. C'est notamment le cas des entreprises qui avaient vu revenir nombre de leurs collaborateurs à la rentrée. Le Premier ministre souligne qu'il n'est pas question de fermer un quelconque secteur.Cette réunion du kern visera probablement à "regénéraliser" à l'ensemble de la Belgique des mesures qui avaient été maintenues en Wallonie et à Bruxelles concernant le port du masque ou le télétravail, a commenté Pierre-Yves Dermagne le vice-Premier ministre (PS). Ce dernier qualifie la situation sanitaire de "préoccupante", nécessitant la prise de mesures complémentaires. Mais il n'est pas question de refermer certains secteurs de l'économie, a-t-il rassuré. "Il va falloir prendre des mesures complémentaires. Il n'est pas question aujourd'hui de refermer des secteurs, mais il y a des mesures à prendre. Je pense à la question du télétravail. On va devoir à nouveau inviter les employeurs et les travailleurs à favoriser et à mettre en place ce télétravail. On ne le fait plus assez, on le voit dans la circulation le matin et le soir. Des mesures, qui existent en Wallonie et à Bruxelles, vont sans doute devoir être regénéralisées sur le territoire", indique-t-il sur RTL. Frank Vandenbroucke, ministre de la Santé (Vooruit) défend également l'idée de recommander à nouveau le télétravail. Autre mesure avancée : abaisser de 75 à 50 participants le seuil à partir duquel le CST est requis pour un événement.À la suite du Codeco du 17 septembre dernier, au cours duquel un "socle fédéral" de mesures avait été défini, les Régions avaient été laissées libres d'adopter des règles plus contraignantes si la situation épidémiologique sur leur territoire le requérait, ce qui avait été le cas à Bruxelles et en Wallonie. La Flandre, elle, s'en est largement tenue au socle fédéral: depuis le 1er octobre, le port du masque n'y est plus obligatoire en magasin, au restaurant, dans les salles de sport, dans une administration ou au cinéma. Par ailleurs, depuis le 1er septembre, le télétravail n'est plus fortement recommandé en Flandre ni en Wallonie, mais il le reste à Bruxelles. Cela pourrait donc à nouveau changer lors des prochaines semaines à cause de cette remontée épidémique.