Le fournisseur d'énergie liégeois Mega a, une nouvelle fois, augmenté de manière significative les factures d'acompte pour le gaz et/ou l'électricité de 40.000 de ses clients, selon des informations du quotidien flamand De Standaard. C'est déjà la troisième fois depuis le mois d'août que les acomptes des clients Mega sont ajustés à la hausse.
...

Le fournisseur d'énergie liégeois Mega a, une nouvelle fois, augmenté de manière significative les factures d'acompte pour le gaz et/ou l'électricité de 40.000 de ses clients, selon des informations du quotidien flamand De Standaard. C'est déjà la troisième fois depuis le mois d'août que les acomptes des clients Mega sont ajustés à la hausse. Mega compte 370.000 clients. Environ 40.000 d'entre eux ont reçu le week-end dernier un mail les informant que leur facture d'acompte avait été automatiquement augmentée. Selon De Standaard, les augmentations sont "considérables". Un client a ainsi vu son acompte mensuel pour les trois prochains mois passer de 158 euros à 662,09 euros, soit près du quadruple. Un autre ménage a vu sa facture mensuelle passer de 10 euros à 60 euros. Comme raison de cette augmentation, Mega met en avant la hausse continue des prix de l'électricité et du gaz que les clients ayant un taux variable ressentiront fortement sur leur facture finale. Selon Mega, cette augmentation automatique, même si elle peut paraître surestimée a pour but d'éviter aux clients de se retrouver avec une facture salée à la fin de l'année. Dans ses courriers de factures, Mega donne ceci comme explication à l'augmentation du montant de la facture d'acompte : "Comme vous le savez certainement, le marché de l'énergie subit actuellement une crise sans précédent. Le prix au kWh de l'électricité et du gaz a augmenté de manière fulgurante sur seulement quelques mois. Ajoutons à cela, la crise sanitaire, imposant de nouvelles habitudes (télétravail et une plus grande présence à son domicile) et par conséquent l'augmentation de la consommation moyenne des citoyens belges. Enfin, ces derniers mois ont été plus froids que la normale saisonnière. L'hiver prochain s'annonce également plus rude, nous contraignant de chauffer davantage nos habitations. Ces différents facteurs nous ont poussés à prendre plusieurs décisions, à commencer par le recalcul du montant d'acompte d'une grande partie de nos clients. Pour quelle raison ? Pour leur éviter une mauvaise surprise lors de la régularisation annuelle."Les acomptes sont revus tous les deux mois et calculés sur la base de la consommation passée. Toutefois, ce calcul ne tient pas compte de la possibilité que les clients aient réduit leur consommation depuis que les prix ont commencé à augmenter de manière explosive en septembre. De nombreux ménages n'arrivent pas à payer ces avances importantes.Selon le médiateur du secteur énergétique, les arguments de Mega "ne tiennent pas toujours la route" et le fournisseur d'énergie fait "beaucoup de zèle" pour augmenter les acomptes en vue d'avoir des liquidités d'avance. Les clients du fournisseur d'énergie liégeois peuvent toujours contester cette proposition de nouveaux acomptes gonflés que Mega définit comme "optionnelle" dans ses courriers. Dans ses explications, Mega se défend contre les critiques. "Gardez à l'esprit que si vous consommez moins que prévu, tout ce que vous avez payé en trop vous sera remboursé lors de la régularisation annuelle et le montant de votre acompte sera réadapté en fonction", explique le fournisseur, soulignant que "cette proposition est avant tout préventive".A la fin du mois de décembre, le régulateur fédéral du secteur énergétique avait déjà mis en garde les consommateurs à l'égard des pratiques du fournisseur énergétique liégeois. La Creg évoque des "tromperies délibérées" dans le chef de l'entreprise alors que la secrétaire d'Etat à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker, a affirmé "partager l'avis du régulateur fédéral".Cette situation compliquée pourrait également toucher d'autres fournisseurs, en raison de l'augmentation fulgurante des prix de l'énergie depuis septembre dernier qui les place dans des situations inconfortables. Certains fournisseurs ont, par ailleurs, déjà fait aveu de faillite dans ce contexte tendu de l'envolée des prix énergétiques. Ainsi, début décembre, le fournisseur flamand " Vlaamse Energieleverancier " a annoncé sa faillite, terrassé par l'explosion des prix de l'énergie. Il laisse quelque 70.000 ménages et entreprises sur le carreau. Après la faillite du Vlaamse Energieleverancier et de la société wallonne Energy2Business, c'était au tour du fournisseur flamand Watz de demander une protection temporaire à ses créanciers. Mega a d'ailleurs proposé de reprendre une partie de ses clients. Les experts n'excluent pas la faillite prochaine d'autres fournisseurs d'énergie en Belgique.