Watz assure ne pas être en faillite, mais explique avoir déposé auprès de la justice une demande de protection temporaire en raison des circonstances du marché. La société a connu des difficultés en raison de l'énorme augmentation des prix de l'énergie et du nombre de ménages qui ont droit au tarif social. "Le client peut profiter d'un tarif plus abordable, mais nous devons avancer la différence entre ce tarif social et le prix du marché. Cela représente plusieurs millions que nous ne récupérerons pas auprès du gouvernement avant novembre 2022", explique Gert Haubrechts, propriétaire et directeur général de Watz.

Les 20.000 clients de Watz ne sont pas privés de gaz et/ou d'électricité. L'opérateur de réseau Fluvius devient automatiquement leur fournisseur de dernier ressort à partir de mardi, et ce pour une durée maximale de soixante jours. Pendant cette période, les clients doivent conclure un nouveau contrat avec un fournisseur commercial d'électricité ou de gaz.

Le régulateur flamand de l'énergie, Vreg, appelle les personnes concernées à conclure un nouveau contrat le plus rapidement possible, car les tarifs de Fluvius sont plus élevés que ceux du marché commercial. "Cela s'explique par le fait que Fluvius doit soudainement fournir de l'énergie à un grand nombre de clients à un moment où les prix du marché sont exceptionnellement élevés", explique-t-il.

C'est dans ce contexte qu'intervient l'offre de reprise de Mega qui insiste sur la liberté du client d'accepter ou non l'offre qui lui sera présentée. "Malgré l'accord que nous avons conclu avec Watz, nous ne faisons qu'une offre de reprise aux clients", explique Thomas Coune, CEO de Mega Belgium. "Nous voulons que les clients acceptent de venir chez nous, avec une offre intéressante pour eux."

Concrètement, un courrier électronique est envoyé lundi aux clients de Watz, via lequel une simple confirmation est demandée pour rejoindre l'énergéticien Mega. Pour Watz, l'accord permet d'offrir aux clients une certaine continuité et une simplicité de procédure. "Nous avons conclu un accord avec Mega, qui fait à nos clients une meilleure offre que leurs conditions actuelles. Ils n'ont donc pas à chercher un autre fournisseur d'énergie pendant la période de Noël", a réagi M. Haubrechts.

La société flamande a demandé une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), pour rester active sur le marché de l'énergie, mais en réfléchissant à d'autres activités.

Il s'agit du troisième énergéticien en peu de temps à faire face à des difficultés financières en raison de l'explosion des prix de l'énergie. Les petits fournisseurs Energy2Business et Vlaamse Energieleverancier ont récemment fait faillite.

La Vreg recommande de procéder à un choix éclairé, en comparant les prix. L'autorité de régulation a également mis en place une page d'information pour les clients concernés accessible via le lien: https://www.vreg.be/nl/Watz

Watz assure ne pas être en faillite, mais explique avoir déposé auprès de la justice une demande de protection temporaire en raison des circonstances du marché. La société a connu des difficultés en raison de l'énorme augmentation des prix de l'énergie et du nombre de ménages qui ont droit au tarif social. "Le client peut profiter d'un tarif plus abordable, mais nous devons avancer la différence entre ce tarif social et le prix du marché. Cela représente plusieurs millions que nous ne récupérerons pas auprès du gouvernement avant novembre 2022", explique Gert Haubrechts, propriétaire et directeur général de Watz. Les 20.000 clients de Watz ne sont pas privés de gaz et/ou d'électricité. L'opérateur de réseau Fluvius devient automatiquement leur fournisseur de dernier ressort à partir de mardi, et ce pour une durée maximale de soixante jours. Pendant cette période, les clients doivent conclure un nouveau contrat avec un fournisseur commercial d'électricité ou de gaz. Le régulateur flamand de l'énergie, Vreg, appelle les personnes concernées à conclure un nouveau contrat le plus rapidement possible, car les tarifs de Fluvius sont plus élevés que ceux du marché commercial. "Cela s'explique par le fait que Fluvius doit soudainement fournir de l'énergie à un grand nombre de clients à un moment où les prix du marché sont exceptionnellement élevés", explique-t-il. C'est dans ce contexte qu'intervient l'offre de reprise de Mega qui insiste sur la liberté du client d'accepter ou non l'offre qui lui sera présentée. "Malgré l'accord que nous avons conclu avec Watz, nous ne faisons qu'une offre de reprise aux clients", explique Thomas Coune, CEO de Mega Belgium. "Nous voulons que les clients acceptent de venir chez nous, avec une offre intéressante pour eux." Concrètement, un courrier électronique est envoyé lundi aux clients de Watz, via lequel une simple confirmation est demandée pour rejoindre l'énergéticien Mega. Pour Watz, l'accord permet d'offrir aux clients une certaine continuité et une simplicité de procédure. "Nous avons conclu un accord avec Mega, qui fait à nos clients une meilleure offre que leurs conditions actuelles. Ils n'ont donc pas à chercher un autre fournisseur d'énergie pendant la période de Noël", a réagi M. Haubrechts. La société flamande a demandé une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), pour rester active sur le marché de l'énergie, mais en réfléchissant à d'autres activités. Il s'agit du troisième énergéticien en peu de temps à faire face à des difficultés financières en raison de l'explosion des prix de l'énergie. Les petits fournisseurs Energy2Business et Vlaamse Energieleverancier ont récemment fait faillite. La Vreg recommande de procéder à un choix éclairé, en comparant les prix. L'autorité de régulation a également mis en place une page d'information pour les clients concernés accessible via le lien: https://www.vreg.be/nl/Watz