Le taxshift épargne les entreprises au niveau des recettes en plus d'offrir "en cadeau des milliards grâce à une réduction des charges patronales". Le syndicat craint dès lors des déficits budgétaires persistants en raison de "la chute des revenus fiscaux". Une meilleure solution, selon le syndicat socialiste, serait d'investir davantage dans la concertation européenne pour atteindre un impôt minimum. "Il existe actuellement un nivellement pas le bas." La formation et l'innovation devraient en outre être privilégiées. Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), suggère de réformer l'impôt des sociétés en introduisant, à côté du système existant, un taux tournant entre 20 et 22%, mais sans mécanisme de déduction fiscale, ressort-il d'une interview qu'il a accordée samedi au quotidien l'Echo. (Belga)

Le taxshift épargne les entreprises au niveau des recettes en plus d'offrir "en cadeau des milliards grâce à une réduction des charges patronales". Le syndicat craint dès lors des déficits budgétaires persistants en raison de "la chute des revenus fiscaux". Une meilleure solution, selon le syndicat socialiste, serait d'investir davantage dans la concertation européenne pour atteindre un impôt minimum. "Il existe actuellement un nivellement pas le bas." La formation et l'innovation devraient en outre être privilégiées. Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), suggère de réformer l'impôt des sociétés en introduisant, à côté du système existant, un taux tournant entre 20 et 22%, mais sans mécanisme de déduction fiscale, ressort-il d'une interview qu'il a accordée samedi au quotidien l'Echo. (Belga)