Elle n'a pas encore atteint 20 ans d'existence et Odoo est déjà la success story wallonne de ce début de siècle. Il est vrai qu'elle a connu une croissance phénoménale depuis sa création en 2002, sous le nom de TinyERP, par Fabien Pinckaers alors qu'il était encore étudiant en polytechnique à l'UCL. En 2013, elle figure pour la première fois en tête de notre classement des Gazelles dans la catégorie des petites entreprises du Brabant wallon, sous le nom d'OpenERP qu'elle porte depuis 2008. A l'époque, elle emploie déjà 200 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 6,6 millions d'eu...

Elle n'a pas encore atteint 20 ans d'existence et Odoo est déjà la success story wallonne de ce début de siècle. Il est vrai qu'elle a connu une croissance phénoménale depuis sa création en 2002, sous le nom de TinyERP, par Fabien Pinckaers alors qu'il était encore étudiant en polytechnique à l'UCL. En 2013, elle figure pour la première fois en tête de notre classement des Gazelles dans la catégorie des petites entreprises du Brabant wallon, sous le nom d'OpenERP qu'elle porte depuis 2008. A l'époque, elle emploie déjà 200 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 6,6 millions d'euros (2012). L'année suivante, elle change encore de dénomination et devient Odoo. En 2018, elle l'emporte dans la catégorie des moyennes entreprises avec 360 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 25 millions d'euros (2017). Aujourd'hui, elle décroche le titre dans la catégorie des grandes Gazelles. Il est vrai que les derniers chiffres qu'elle annonce sont impressionnants avec notamment 1.200 collaborateurs et près de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires prévus en 2020. Et l'appétit d'Odoo et de son fondateur, récemment élu Manager de l'Année, est loin d'être rassasié puisqu'il affiche clairement ses ambitions. Il est vrai que, même avec une croissance actuelle qui tourne annuellement à 60%, il y a encore de belles perspectives dans un marché du logiciel de gestion où la championne brabançonne représente moins d'un pour cent. Une croissance qui passe par l'engagement de nouveaux collaborateurs.Fabien Pinckaers ne s'en cache pas: "En 2021, nous allons engager 1.000 personnes dont la moitié en Belgique". Odoo recherche à recruter 200 développeurs et s'est adressée début février au Forem pour l'y aider. La croissance a toujours été un objectif pour Fabien Pinckaers qui rappelait récemment qu'il avait dit à ses premiers collaborateurs qu'il voulait arriver à créer une boîte de 100 personnes, avoir 1.000 collaborateurs à 40 ans et 10.000 avant 50 ans. Jusqu'à présent, les temps de passage ont été respectés et il est fort probable qu'Odoo poursuive durant la décennie qui vient de s'ouvrir la formidable croissance qu'elle connaît depuis son lancement et qui s'est accélérée depuis le début des années 2010 quand elle a changé de business model. Initialement basé sur l'open source, Odoo lui a adjoint des applis payantes. Dans ce nouveau modèle, 80% de la suite logicielle sont désormais proposés gratuitement mais les 20% de fonctionnalités plus avancées deviennent payants. Ce nouveau modèle a fait passer Odoo d'une société de services à un éditeur de logiciels avec un besoin accru de développeurs mais également d'équipes de ventes. Besoin qui n'a jamais cessé de croître et qu'il faudra nourrir. En d'autres termes, Odoo n'a pas fini d'engager.