Produire des vitrages feuilletés pour l'industrie automobile sur son site de Fleurus ne serait plus rentable pour le groupe AGC. En février, celui-ci a donc annoncé la fermeture de l'unité, attendue fin 2023. Mais plusieurs acteurs du monde verrier pourraient reprendre une partie de ses 187 salariés. Le projet le plus intriguant est celui du groupe flamand Punch, dirigé par le serial entrepreneur Guido Dumarey, qui imagine reconvertir l'usine pour y développer des motorisations à hydrogène. Le groupe Punch nous a confirmé...

Produire des vitrages feuilletés pour l'industrie automobile sur son site de Fleurus ne serait plus rentable pour le groupe AGC. En février, celui-ci a donc annoncé la fermeture de l'unité, attendue fin 2023. Mais plusieurs acteurs du monde verrier pourraient reprendre une partie de ses 187 salariés. Le projet le plus intriguant est celui du groupe flamand Punch, dirigé par le serial entrepreneur Guido Dumarey, qui imagine reconvertir l'usine pour y développer des motorisations à hydrogène. Le groupe Punch nous a confirmé que des discussions étaient en cours, sans souhaiter donner de détails. Selon nos confrères de L'Echo, il serait même prêt à reprendre tout le personnel. Fondé en 1983, le groupe Punch est surtout actif dans l'automobile, avec une préférence pour la reprise d'usines. Celle de General Motors Strasbourg, en 2012, est la plus spectaculaire. L'usine, rebaptisée Punch Powerglide Strasbourg, construit actuellement 2.000 transmissions automatiques par jour. Elle avait d'ailleurs été visitée en 2015 par un jeune ministre ambitieux, Emmanuel Macron, avant qu'il ne se lance dans sa première campagne présidentielle. En 2020, Punch a aussi repris General Motors Propulsion Engineering Center à Turin, rebaptisé Punch Torino, actif dans les motorisations. Cette unité a créé une filiale, Punch Hydrocells, réunissant les compétences du groupe dans la propulsion à hydrogène. L'espoir est de développer un business dans ce type de motorisation sans émission mais encore peu répandue, cadrant parfaitement avec les objectifs du Green Deal lancé par la Commission européenne. Guido Dumarey a bien des opérations à son actif: achats, restructurations, reventes. En 2002, il avait repris Xeikon, producteur belge d'imprimeries digitales, en faillite, pour le redresser et l'introduire en Bourse en 2005. En 2006, il rachetait ZF Getriebe Sint-Truiden, un fabricant de transmissions à variation continue pour automobile, rebaptisé Punch Powertrain, également restructuré puis revendu en 2010. Parfois, ses offres sont refusées. En 2019, Ford a préféré fermer son usine de Bordeaux, rejetant le projet de Punch pourtant soutenu par le gouvernement français. Le groupe Punch annonce occuper plus de 1.700 personnes, réaliser un chiffre d'affaires de plus de 500 millions d'euros, et être actif dans sept pays, en Europe et en Chine.