Il est facile de dire que la fin du monde est proche et que tout espoir a disparu, mais avec de la volonté, les opportunités sont multiples. C'est dans ce sens qu'il faut, dans la période actuelle, utiliser l'annonce du Green Deal européen. Pour rappel, ce programme ambitionne la neutralité carbone de l'Europe en 2050, une protection de la vie humaine, des animaux et des plantes en réduisant la pollution, une transition juste et inclusive et des entreprises devenant des acteurs de premier plan dans le domaine des produits et des technologies propres.
...

Il est facile de dire que la fin du monde est proche et que tout espoir a disparu, mais avec de la volonté, les opportunités sont multiples. C'est dans ce sens qu'il faut, dans la période actuelle, utiliser l'annonce du Green Deal européen. Pour rappel, ce programme ambitionne la neutralité carbone de l'Europe en 2050, une protection de la vie humaine, des animaux et des plantes en réduisant la pollution, une transition juste et inclusive et des entreprises devenant des acteurs de premier plan dans le domaine des produits et des technologies propres. Tout ceci n'est pour le moment qu'une accumulation de bonnes intentions et de déclarations. On peut légitimement se poser la question de la volonté politique de transposer des intentions en actes. L'expérience passée ne donne pas nécessairement raison aux optimistes en la matière. Malgré tout, différents éléments font du Green Deal une opportunité de redonner un vrai projet à l'Europe. Primo, la prise de conscience est lente mais bien présente dans la population et le monde des entreprises. Cette prise de conscience est probablement la plus solide en Europe. C'est donc une bonne base pour construire une trajectoire de développement durable, car les préférences des consommateurs sont essentielles ! Bien sur, cet élan va connaître des passages à vide, notamment parce qu'il va falloir expliquer qu'une transition vers une neutralité carbone va coûter de l'argent, et ce à tout le monde. Pour autant, cet effet pourra être compensé par les opportunités qu'offre la transition. Il ne devrait donc pas totalement disparaître. Secundo, la crise actuelle va accentuer la dé-mondialisation. Dès lors, de nombreuses entreprises européennes vont devoir revoir leur stratégie et leur organisation. Avoir un projet européen commun aura encore plus de sens pour se protéger des effets néfastes de la dé-mondialisation, mais donnera également une feuille de route aux entreprises pour leur propre réorganisation. Dans ce sens, le fait d'orienter toutes les politiques européennes dans une seule direction pourrait changer la donne, car cela donne une direction claire aux entreprises. Tertio, le développement durable représente un vrai créneau économique à prendre, alors que les Etats-Unis et la Chine se partagent la plus grande part du gâteau des nouvelles technologies en matière de données et de communications. Développer les innovations et rendre celles-ci concrètes pour un développement durable peut donc être source de croissance économique et d'opportunités pour les citoyens et les entreprises. A l'annonce du Green Deal, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a bien souligné le fait qu'il s'agit du nouveau modèle européen de croissance. Il n'est donc pas ici question de s'engager dans une décroissance de l'activité économique qui ne mènerait qu'à plus de tensions sociales et à l'incapacité des pouvoirs publics à faire face aux besoins de la population. Mais il s'agit d'opérer une décroissance sélective de la consommation de certains biens, au profit du développement d'autres activités ou d'autre produits compatibles avec un développement durable. Pour conclure, même s'il est décrié par les adeptes de la décroissance, le Green Deal est un bon projet, dont la réussite ne tient pas qu'à la concrétisation des bonnes intentions lancées jusqu'à présent. Nous en sommes toutes et tous les acteurs. Le changement de notre comportement, les initiatives des entreprises, les innovations des centres de recherches sont les pièces maîtresses de ce modèle de croissance compatible avec un développement durable.