"Le marché a explosé au cours des trois dernières années d'une manière qui était difficilement soutenable sur le long terme", selon le chef économiste de l'Association européenne des industriels du photovoltaïque, Gaëtan Masson.

L'an dernier, près de 28 gigawatts de panneaux solaires ont été installés dans le monde, dont près de 22 gigawatts en Europe (près du double de l'année précédente), l'Italie et l'Allemagne se taillant la part du lion. Mais les gouvernements européens, qui avaient largement alimenté cette croissance effrénée en accordant des tarifs de rachat très favorables pour l'électricité produite à partir du soleil, dans un but environnemental, sont en train de briser tour à tour cet emballement, débordés par le succès de leurs régimes d'aide.

L'Italie a ainsi revu à la baisse ce-mois ci son dispositif de soutien au solaire, après la France, l'Allemagne, l'Espagne et au Royaume-Uni, qui ont déjà raboté ou suspendu leurs mesures incitatives.

Parallèlement, la capacité mondiale de fabrication de panneaux solaire a atteint 55 gigawatts en 2011, soit près du double de la demande totale, faisant chuter les prix de vente.

Résultat, "cela conduit un certain nombre d'acteurs à se demander s'ils peuvent continuer à produire", et "on commence à assister à une série de fermetures, de faillites, et de gels de capacités de production", résume M. Masson.

Avec Belga

"Le marché a explosé au cours des trois dernières années d'une manière qui était difficilement soutenable sur le long terme", selon le chef économiste de l'Association européenne des industriels du photovoltaïque, Gaëtan Masson. L'an dernier, près de 28 gigawatts de panneaux solaires ont été installés dans le monde, dont près de 22 gigawatts en Europe (près du double de l'année précédente), l'Italie et l'Allemagne se taillant la part du lion. Mais les gouvernements européens, qui avaient largement alimenté cette croissance effrénée en accordant des tarifs de rachat très favorables pour l'électricité produite à partir du soleil, dans un but environnemental, sont en train de briser tour à tour cet emballement, débordés par le succès de leurs régimes d'aide. L'Italie a ainsi revu à la baisse ce-mois ci son dispositif de soutien au solaire, après la France, l'Allemagne, l'Espagne et au Royaume-Uni, qui ont déjà raboté ou suspendu leurs mesures incitatives. Parallèlement, la capacité mondiale de fabrication de panneaux solaire a atteint 55 gigawatts en 2011, soit près du double de la demande totale, faisant chuter les prix de vente. Résultat, "cela conduit un certain nombre d'acteurs à se demander s'ils peuvent continuer à produire", et "on commence à assister à une série de fermetures, de faillites, et de gels de capacités de production", résume M. Masson. Avec Belga