La grève de la compagnie aérienne Brussels Airlines à l'aéroport de Bruxelles se déroulait comme prévu ce jeudi matin. Jeudi, vendredi et samedi, une centaine de vols quotidiens ne seront pas desservis par la compagnie belge, qui appartient au groupe allemand Lufthansa. Près de 40.000 personnes sont concernées par ces annulations.

Si 315 vols au cours des trois prochains jours ont dû être annulés, tous ceux prévus jeudi ont pu décoller, a indiqué la porte-parole de Brussels Airlines, Maaike Andries. Aucun vol supplémentaire n'est annulé.

"On compte ce jeudi 30% de vols en moins chez Brussels Airlines. Ce qui représente 20 à 25% de passagers en moins", précise, de son côté, la porte-parole de l'aéroport Nathalie Pierard.

La situation est calme à l'aéroport. Une dizaine de syndicalistes de la CSC et de la CGSLB étaient présents dans le hall des départs de l'aéroport de Zaventem pour distribuer des tracts aux voyageurs. L'opération se déroulait sans heurts. "Nous espérons que les actions se poursuivront dans la sérénité", a commenté Mme Andries. "Nous avons pu joindre presque tous les passagers, qui sont bien informés. La situation n'est donc pas chaotique à l'aéroport."

40.000 passagers impactés

Même son de cloche du côté de la porte-parole de l'aéroport, Nathalie Pierard. "Nous avons bien anticipé ces journées d'actions. Tout se déroule comme prévu. Les passagers concernés par des suppressions de vols ont été bien informés. "

BELGA
© BELGA

Deuxième à entrer dans la danse : le personnel de la compagnie low cost Ryanair. Un mouvement de grève est annoncé à partir de ce vendredi jusque dimanche. Une dizaine de vols par jour sont supprimés par la compagnie aérienne à bas prix. Si chez Brussels Airlines, les suppressions de dernière minute sont rares dans de telles circonstances, cela pourrait ne pas être le cas chez Ryanair. "Normalement, les clients de Ryanair ont été bien informés, par SMS ou en se renseignant via le call center, mais on n'exclut pas des vols annulés en dernière minute par Ryanair le jour même", prévient la porte-parole de Brussels Airport.

Des craintes d'actions sauvages

La semaine prochaine s'annonce très chargée à l'aéroport avec les départs en vacances. "On attend une grosse affluence dès jeudi, avec le vendredi 1er juillet encore plus chargé ", explique Nathalie Pierard.

La porte-parole de Brussels Airport ne cache pas ses craintes que d'autres actions, sauvages cette fois, ne viennent enrailler le bon déroulement du début des vacances, une période cruciale pour l'aéroport, marquée par la relance post-covid. "On a vraiment besoin de tous les acteurs derrière nous pour relancer nos activités dans de bonnes conditions et gagner la confiance des voyageurs qui repartent parfois en vacances après trois ans." Elle ajoute : "Tout est mis en place pour que les départs se déroulent au mieux. On a plus de personnel au screening, au contrôle des passeports, mais si des actions non prévues devaient se profiler, ce serait plus compliqué à gérer pendant cette période chargée. On aimerait vraiment pouvoir travailler de manière normale la semaine prochaine. "

La grève de la compagnie aérienne Brussels Airlines à l'aéroport de Bruxelles se déroulait comme prévu ce jeudi matin. Jeudi, vendredi et samedi, une centaine de vols quotidiens ne seront pas desservis par la compagnie belge, qui appartient au groupe allemand Lufthansa. Près de 40.000 personnes sont concernées par ces annulations. Si 315 vols au cours des trois prochains jours ont dû être annulés, tous ceux prévus jeudi ont pu décoller, a indiqué la porte-parole de Brussels Airlines, Maaike Andries. Aucun vol supplémentaire n'est annulé. "On compte ce jeudi 30% de vols en moins chez Brussels Airlines. Ce qui représente 20 à 25% de passagers en moins", précise, de son côté, la porte-parole de l'aéroport Nathalie Pierard. La situation est calme à l'aéroport. Une dizaine de syndicalistes de la CSC et de la CGSLB étaient présents dans le hall des départs de l'aéroport de Zaventem pour distribuer des tracts aux voyageurs. L'opération se déroulait sans heurts. "Nous espérons que les actions se poursuivront dans la sérénité", a commenté Mme Andries. "Nous avons pu joindre presque tous les passagers, qui sont bien informés. La situation n'est donc pas chaotique à l'aéroport." Même son de cloche du côté de la porte-parole de l'aéroport, Nathalie Pierard. "Nous avons bien anticipé ces journées d'actions. Tout se déroule comme prévu. Les passagers concernés par des suppressions de vols ont été bien informés. "Deuxième à entrer dans la danse : le personnel de la compagnie low cost Ryanair. Un mouvement de grève est annoncé à partir de ce vendredi jusque dimanche. Une dizaine de vols par jour sont supprimés par la compagnie aérienne à bas prix. Si chez Brussels Airlines, les suppressions de dernière minute sont rares dans de telles circonstances, cela pourrait ne pas être le cas chez Ryanair. "Normalement, les clients de Ryanair ont été bien informés, par SMS ou en se renseignant via le call center, mais on n'exclut pas des vols annulés en dernière minute par Ryanair le jour même", prévient la porte-parole de Brussels Airport.La semaine prochaine s'annonce très chargée à l'aéroport avec les départs en vacances. "On attend une grosse affluence dès jeudi, avec le vendredi 1er juillet encore plus chargé ", explique Nathalie Pierard. La porte-parole de Brussels Airport ne cache pas ses craintes que d'autres actions, sauvages cette fois, ne viennent enrailler le bon déroulement du début des vacances, une période cruciale pour l'aéroport, marquée par la relance post-covid. "On a vraiment besoin de tous les acteurs derrière nous pour relancer nos activités dans de bonnes conditions et gagner la confiance des voyageurs qui repartent parfois en vacances après trois ans." Elle ajoute : "Tout est mis en place pour que les départs se déroulent au mieux. On a plus de personnel au screening, au contrôle des passeports, mais si des actions non prévues devaient se profiler, ce serait plus compliqué à gérer pendant cette période chargée. On aimerait vraiment pouvoir travailler de manière normale la semaine prochaine. "