"En plus d'un financement supplémentaire de 2 milliards d'euros, les pays clients ont proposé 1,5 milliard d'euros sous forme de garanties de crédit" à l'avionneur, affirme le FTD, sans citer ses sources.

Le ministère allemand de la Défense a indiqué lundi que les secrétaires d'Etat de l'Allemagne, de la France, de Grande-Bretagne, d'Espagne, de Belgique, du Luxembourg et de Turquie avaient soumis une proposition à EADS.

Les pays clients ont proposé que l'avion, qui a déjà pris trois ans de retard, soit dans un premier temps construit dans une version "de base", avec une autorisation civile de vol, avant d'être développé en version militaire pour eux, selon le FTD.

Ils seraient également prêts à une poursuite des discussions sur un ajustement du prix du projet, affirme de son côté le Handelsblatt.

L'A400M, qui accuse au moins trois ans de retard, fait l'objet d'une âpre négociation entre EADS et les sept Etats partenaires du projet, sur la répartition de plus de cinq milliards d'euros de surcoût du programme, qui devait à l'origine coûter 20 milliards d'euros pour 180 avions.

Trends.be, avec Belga

"En plus d'un financement supplémentaire de 2 milliards d'euros, les pays clients ont proposé 1,5 milliard d'euros sous forme de garanties de crédit" à l'avionneur, affirme le FTD, sans citer ses sources. Le ministère allemand de la Défense a indiqué lundi que les secrétaires d'Etat de l'Allemagne, de la France, de Grande-Bretagne, d'Espagne, de Belgique, du Luxembourg et de Turquie avaient soumis une proposition à EADS. Les pays clients ont proposé que l'avion, qui a déjà pris trois ans de retard, soit dans un premier temps construit dans une version "de base", avec une autorisation civile de vol, avant d'être développé en version militaire pour eux, selon le FTD. Ils seraient également prêts à une poursuite des discussions sur un ajustement du prix du projet, affirme de son côté le Handelsblatt. L'A400M, qui accuse au moins trois ans de retard, fait l'objet d'une âpre négociation entre EADS et les sept Etats partenaires du projet, sur la répartition de plus de cinq milliards d'euros de surcoût du programme, qui devait à l'origine coûter 20 milliards d'euros pour 180 avions.Trends.be, avec Belga