Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

01/07/13 à 10:55 - Mise à jour à 10:55

Soldes: les commerçants broient du noir

C'est ce lundi 1er juillet que démarrent officiellement les soldes mais les commerçants concernés ne sont pas vraiment à la fête.

D'abord , parce que l'un de leurs syndicats a même écrit une lettre à Sabine Laruelle, la ministre des classes moyennes pour obtenir une dérogation sur la date officielle du 1er juillet afin de démarrer samedi dernier et non pas ce lundi. Mais bon, pareille dérogation aurait nécessité des démarches préalables auprès d'un certain nombre de comités d'avis dont le Conseil d'Etat. Or, vu le délai imparti, c'était impossible !

Donc, en plus de démarrer un lundi, les commerçants ne sont pas au summum de leur forme pour au moins deux raisons. La première c'est que selon un sondage de l'UCM, près de la moitié ont vu leur chiffre d'affaires baisser depuis le début de l'année. 77% des sondés invoquent la mauvaise météo pour justifier leur baisse de recettes et 64% invoquent la crise, et donc la diminution du pouvoir d'achat des clients en deuxième raison.

Résultat de tout cela: comme le confirment nos confrères du journal L'Echo, c'est une accumulation de stocks plus importants qu'en 2012 - le syndicat des indépendants Izeo évoque même des stocks deux fois plus élevés qu'en temps normal.

Bien entendu, comme souvent, le malheur des uns fait le bonheur des autres. En l'occurrence, selon le sondage de l'UCM, il semblerait que plus d'un magasin sur trois démarrerait les soldes avec des rabais de plus 30% !

Bref, entre la météo qui reste plus que maussade, la crise qui n'en finit pas, et le manque de bol en terme de calendrier, les commerçants ont des raisons de broyer du noir. Autant donc, les aider à liquider leurs stocks, c'est toujours cela de gagné pour les deux parties!

Nos partenaires