L'Europe valide le gazoduc "Corridor Sud" pour réduire la dépendance à la Russie

03/03/16 à 15:12 - Mise à jour à 15:10

Source: Afp

La Commission européenne a validé jeudi l'accord conclu entre la Grèce et un opérateur suisse chargé d'acheminer du gaz naturel depuis la mer Caspienne vers l'Italie, dans le cadre d'un vaste projet visant à réduire la dépendance gazière de l'UE envers la Russie.

L'Europe valide le gazoduc "Corridor Sud" pour réduire la dépendance à la Russie

. © Image Globe

Il s'agit du projet de gazoduc baptisé "Corridor Sud" qui permettra à partir de 2020 d'acheminer du gaz naturel depuis le gisement "Shah Deniz II" (Azerbaïdjan) vers le sud de l'Italie, via la Turquie, la Grèce, l'Albanie et une partie sous-marine dans l'Adriatique.

Pour la partie finale du parcours, à partir de la frontière gréco-turque, Athènes a conclu un accord avec l'opérateur TAP (Trans Adriatic Pipeline, coentreprise de six groupes énergétiques enregistrée en Suisse) lui octroyant un régime fiscal spécial d'une durée de 25 ans à compter du début de l'exploitation commerciale.

Or cet accord "est conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'Etat", a jugé la Commission.

TAP investira 5,6 milliards d'euros sur cinq ans dans le projet, dont 2,3 milliards en Grèce, a-t-elle précisé, soulignant que la capacité du gazoduc serait de 10 milliards de m3 par an, "soit environ un sixième de la consommation italienne".

La crise ukrainienne survenue en 2014 a ravivé les craintes d'une pénurie en gaz de l'UE, largement dépendante de la Russie. En décembre 2014 ce projet de "Corridor Sud" avait été présenté par Bruxelles comme une des alternatives privilégiées après l'échec du projet russo-italien South Stream, destiné à transporter du gaz russe en contournant l'Ukraine.

La validation de l'accord entre les autorités grecques et TAP "ouvre la voie à un projet d'infrastructure de plusieurs milliards d'euros en Grèce. Le gazoduc transadriatique fournira du gaz supplémentaire à l'UE et renforcera la sécurité de l'approvisionnement énergétique du sud-est de l'Europe", s'est félicitée jeudi la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Nos partenaires