Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/10/11 à 09:53 - Mise à jour à 09:53

L'Europe vendue aux Chinois ?

L'accord européen trouvé au forceps ce jeudi, à 4 h du matin, a rassuré les marchés financiers. C'était même champagne pour tout le monde sur les Bourses qui ont grimpé très fortement durant la journée du jeudi.

Si tout le monde se félicite de cet accord, accord sans lequel, je le rappelle, le monde entier et pas seulement l'Europe, se serait retrouvé au bord du précipice, il y a comme toujours quelques grincheux qui se manifestent. Ils manifestent sur quoi ? Sur le fait que l'accord historique de ce jeudi ouvrirait la porte de l'Europe à la Chine. Autrement dit, la Chine se serait engagée à acheter des obligations des Etats européens les plus fragilisées. Et donc forcément, si la Chine est prête à faire ce geste amical, c'est que nous avons donné des contreparties - et donc, les autorités européennes auraient bradé en quelque sorte notre continent aux Chinois !

Comme toujours dans ce genre de théorie du complot - il y a une partie de vérité et aussi des mensonges. Parlons de la partie plausible - oui, c'est vrai que la Chine a intérêt de profiter de la faiblesse financière de l'Europe pour avancer ses pions, et en l'occurrence obtenir des faveurs de l'Europe sur le plan commercial. Oui, c'est vrai, que si les Chinois puisent dans leurs immenses réserves de change pour acheter de la dette européenne, cela permettra à l'Europe de moins dépendre des marchés financiers, mais en contrepartie, l'Europe dépendra d'un gros investisseur, ce qui n'est pas nécessairement beaucoup mieux. Tout cela est vrai, mais ce discours - qui n'est encore qu'un scénario - semble donner l'impression que la Chine pourrait décider de tout, et que l'Europe n'aurait rien à dire !

Rien n'est plus faux ! Si la Chine devait acheter de la dette européenne - j'utilise le conditionnel car pour le moment ce n'est pas vraiment le cas, la chine le fera d'abord pour une raison interne, ses réserves sont majoritairement en dollars et c'est son intérêt de diversifier ses avoirs en partie en euro qui est la deuxième grande monnaie mondiale. C'est donc d'abord dans l'intérêt de la Chine elle-même de ne pas mettre tous ses oeufs dans le panier américain. Deuxième bémol aux critiques de ceux qui disent que l'Europe a été bradée à la Chine - la Chine a aussi intérêt à aider l'Europe car l'Europe est son premier marché d'exportation avant même celui des Etats-Unis. Si la Chine veut que ses usines continuent à tourner à plein régime et ne pas provoquer des remous sociaux chez elle, la chine est obligée d'aider son client, l'Europe donc, à s'en sortir pour pouvoir lui écouler ses produits "made in China". Si elle ne le fait pas, la croissance de la Chine baissera et c'est l'explosion sociale assurée. Donc dire que l'Europe a été soldée aux chinois, est un abus de langage et une erreur de raisonnement. Le plus faible n'est pas toujours celui qu'on croit.

Nos partenaires