Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

23/01/14 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

De quoi dépend la réussite d'une entreprise?

Du talent de son patron ? De la qualité de son personnel ou de la qualité de ses produits ? Ou est-ce plutôt la santé de son secteur qui finalement détermine le succès d'une entreprise ? Pour pouvoir répondre à ces questions, le cabinet de consultance McKinsey a regardé de près les résultats de 3.000 entreprises de par le monde en prenant comme critère leur bénéfice.

Premier constat de cette étude d'envergure mondiale : un très petit nombre d'entreprises concentrent en réalité la majorité des bénéfices. Pour être plus précis, sur l'échantillon des 3000 entreprises auscultés pas McKinsey, 20% d'entre-elles représentent un bénéfice total de 677 milliards de dollars, alors que les 60% suivants doivent se contenter, si je puis dire, de 29 milliards de dollars à peine !

Au fond, il y a pour les entreprises le même phénomène que pour les individus comme j'en ai parlé mardi dernier, à savoir que 85 personnes ont plus d'argent que la moitié de l'humanité !

Mais le second constat établi par McKinsey est également très intéressant : les auteurs de cette étude ont tenté de savoir ou de comprendre ce qui faisait que certaines sociétés réussissaient mieux que les autres, au point justement de figurer parmi les 20% de ces entreprises qui accaparent la majorité des profits.

Et la réponse est étonnant de simplicité : 90% de ces entreprises à succès appartiennent à des industries qui ont-elles-mêmes été en croissance au cours de la période étudiée. Donc, c'est la conclusion intéressante de cette étude de McKinsey dévoilée par Les Echos, 40% des performances d'une entreprise dépendent du secteur dans lequel évolue l'entreprise, et 60% viennent de facteurs qui lui sont spécifiques, comme par exemple, la stratégie de l'entreprise.
En clair : cela signifie que si un secteur est en perte de vitesse, vous pouvez mettre qui vous voulez à la tête de l'entreprise, ce patron ne pourra agir que sur 60% des performances de l'entreprise, autant dire que c'est l'échec assuré... C'est aussi un message important à garder à l'esprit quand un repreneur frappe à la porte pour annoncer une solution miracle ou quand les pouvoirs publics veulent maintenir coûte que coûte en vie une entreprise qui a la malchance d'être resté dans le mauvais secteur...

Nos partenaires