Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

22/02/11 à 10:23 - Mise à jour à 10:23

Chine : une 2e place mondiale en trompe-l'½il

La Chine est devenue officiellement cette semaine la 2e puissance économique mondiale. Le Japon, qui occupait cette place, est donc relégué à la 3e marche du podium. Quand on sait que ces deux pays ont été historiquement des rivaux, on pourrait penser que les Japonais seraient furieux de se voir dépasser par leur ennemi ancestral. Eh bien, non !

La Chine est devenue officiellement cette semaine la 2e puissance économique mondiale. Le Japon, qui occupait cette place, est donc relégué à la 3e marche du podium. Quand on sait que ces deux pays ont été historiquement des rivaux, on pourrait penser que les Japonais seraient furieux de se voir dépasser par leur ennemi ancestral. En réalité, ni les politiques ni la presse japonais ne se sont excités sur cette affaire. Le plus étonnant, c'est que, même en Chine, cette 2e place est quasiment passée inaperçue. Le mot d'ordre a même été de faire profil bas.

Pourquoi un tel effacement, alors qu'en quelque sorte, c'est la consécration de la Chine et qu'en outre, à ce rythme, la Chine sera, en 2025, la 1ère puissance économique mondiale devant les Etats-Unis ?

La réponse tient au mode de calcul de cette 2e place. Celle-ci est basée uniquement sur le montant en dollars du produit intérieur brut de la Chine. En 2010, le PIB de la Chine s'est élevé à 5.876 milliards de dollars. C'est beaucoup, en effet... sauf si l'on divise cette richesse nationale par tête d'habitant !

Or, c'est ce ratio qui compte. Et lorsqu'on opère cette division de la richesse par tête d'habitant, on se rend compte que la Chine se classe au 95e rang mondial. On est loin de la 2e place du podium ! Le revenu par habitant en Chine est de seulement 4.200 dollars, alors qu'il est de 47.000 dollars aux Etats-Unis et de 44.000 dollars pour la petite Suisse.

Bref, la 2e place du podium mondial cache le fait que la Chine est encore un pays pauvre.

Si l'on tient compte d'autres critères, comme l'a fait le journal suisse Le Temps, parmi lesquels le taux d'alphabétisation, la mortalité infantile, l'accès à l'éducation et à la santé, les infrastructures, le constat est encore plus simple : la Chine est encore plus loin dans le classement mondial !

Si les Japonais ne s'en font pas d'être dépassés par l'Empire du milieu, c'est donc bien parce que leur produit intérieur brut par habitant reste 10 fois supérieur à celui de la Chine. Plus encore, la Chine est devenue le premier client du Japon, puisqu'elle absorbe quasi 20 % des exportations japonaises.

Le Japon n'a aucun complexe vis-à-vis de la Chine pour la simple raison que cette 2e place de la Chine est en trompe-l'oeil.

Nos partenaires