S'y ajoutent encore 122 procédures administratives datant d'avant l'an 2000. Différents avocats fiscalistes consultés par De Tijd attribuent cette lenteur à différentes raisons: un mélange d'atermoiements au niveau du fisc, de batailles de procédures par les avocats et de longs délais, surtout au niveau de la cour d'appel de Bruxelles.