C'est une des retombées concrètes de l'affaire Sanda Dia (photo), soit la tragique disparition il y a près de quatre ans de cet étudiant de la KU Leuven lors d'un baptême. Tous les clubs d'étudiants louvanist...

C'est une des retombées concrètes de l'affaire Sanda Dia (photo), soit la tragique disparition il y a près de quatre ans de cet étudiant de la KU Leuven lors d'un baptême. Tous les clubs d'étudiants louvanistes ont marqué leur accord pour une charte définissant ce qui ne sera plus toléré dès la prochaine année académique ainsi que les zones dans lesquelles des cérémonies de baptême pourront être organisées. Le texte prévoit également qu'aucune de ces cérémonies ne pourra avoir pour but d'enivrer les étudiants. Un responsable principal, auprès de qui pourra être rapporté tout comportement jugé déplacé, ainsi qu'un secouriste, veilleront à son application. Tous deux devront bien entendu rester à jeun. Le procès lié à cette affaire reprendra en mars 2023. Estimant qu'il fallait prendre en considération l'ensemble des faits qui s'étaient étirés sur trois jours, les parents de Sanda Dia avaient contesté la position du président du tribunal correctionnel de Hasselt qui estimait ne pouvoir tenir compte que du dernier jour de baptême.