L'appel d'offres exclut les activités générant de fortes nuisances sonores (discothèques, sports moteurs thermiques extérieurs) ou olfactives ainsi que les grands ensembles commerciaux dont la configuration, la typologie et l'offre correspondent à ceux présents dans la région. Pour le reste, tout est autorisé, "dans les limites du respect du caractère paysager et patrimonial du site". Le site, qui était laissé à l'abandon, a été assaini pour permettre l'habitat et est aujourd'hui prêt à accueillir des investisseurs qui devront tout de même s'engager à créer 200 places de parking pour les navetteurs, l'arrivée prochaine d'un arrêt ferroviaire SNCB du Réseau Express Liégeois étant annoncée.

Par ailleurs, "un espace mémoriel dédié à l'activité minière ou plus spécifiquement aux mineurs est attendu par les associations locales. Il pourrait être matérialisé et localisé selon le choix justifié du candidat. Ceci n'est pas une obligation, mais une suggestion pour la meilleure insertion possible dans l'environnement local", précise encore l'appel d'offre. Le charbonnage du Hasard, théâtre du film documentaire "Les enfants du Hasard" suivant le parcours d'une classe de 6e primaire dans l'école communale de la cité minière, a définitivement fermé ses portes en 1977. A l'époque, quelque 600 mineurs y travaillaient encore.

Voir le site en images