David Zaslav, le CEO de Discovery, est arrivé à ses fins et a réussi une opération quasi impensable il y a quelques mois. Il a amené son entreprise de taille moyenne qui a commencé comme une simple chaîne de télé du câble dans les années 1980, à prendre le contrôle d'une galaxie de chaînes et d'un des plus mythiques studios d'Hollywood.
...

David Zaslav, le CEO de Discovery, est arrivé à ses fins et a réussi une opération quasi impensable il y a quelques mois. Il a amené son entreprise de taille moyenne qui a commencé comme une simple chaîne de télé du câble dans les années 1980, à prendre le contrôle d'une galaxie de chaînes et d'un des plus mythiques studios d'Hollywood. Vendredi dernier, avec quelques semaines d'avance, Discovery et Warner Media (autrefois appelée Time Warner), la filiale média d'AT&T, ont annoncé avoir finalisé leur fusion, portant officiellement sur les fonts baptismaux Warner Bros. Discovery. Soit un nouveau géant du divertissement au portefeuille impressionnant: les studios Warner Bros., CNN, Discovery Channel, Discovery+, HBO, HBO Max, Eurosport, Cartoon Network, New Line Cinema, Animal Planet, Food Network, TNT, TBS, etc. Le nouvel ensemble devrait générer un chiffre d'affaires dépassant les 50 milliards de dollars pour près de 40.000 employés. Cette fusion est un échec retentissant pour AT&T qui n'a pas réussi, comme d'autres, à faire de la convergence entre médias et télécoms une réussite. Le géant américain va recevoir 43 milliards de dollars ventilés entre du cash et de la rétention de dettes. Ses actionnaires détiendront 71% du nouvel ensemble pour 29% à ceux de Discovery. Voilà donc un nouveau solide concurrent pour Netflix, Disney, Amazon et Apple dans le domaine du divertissement. Reste à Warner Bros. Discovery à réussir la fusion entre les deux services de streaming (HBO Max et Discovery +) et à faire exister le nouvel ensemble face à Netflix ou Disney +. Il y a un gouffre à combler. Aujourd'hui, les deux ne disposent que de 90 millions d'abonnés...