Et de trois. Le start-up studio bruxellois eFounders inclut désormais trois licornes (une entreprise valorisée à plus de 1 milliard de dollars) dans son portefeuille. Après Aircall et Spendesk, Front a récemment rejoint le rang des licornes en réalisant une levée de série D à une valorisation de 1,7 milliard de dollars. "C'est un chiffre exceptionnel quand on le compare à la probabilité extrêmement faible de créer ce genre de sociétés", précise Thibaud Elzière, cofondateur d'eFounders. "EFounders augmente par 10.000 la probabilité de créer une licorne pour un entrepreneur."
...

Et de trois. Le start-up studio bruxellois eFounders inclut désormais trois licornes (une entreprise valorisée à plus de 1 milliard de dollars) dans son portefeuille. Après Aircall et Spendesk, Front a récemment rejoint le rang des licornes en réalisant une levée de série D à une valorisation de 1,7 milliard de dollars. "C'est un chiffre exceptionnel quand on le compare à la probabilité extrêmement faible de créer ce genre de sociétés", précise Thibaud Elzière, cofondateur d'eFounders. "EFounders augmente par 10.000 la probabilité de créer une licorne pour un entrepreneur." Lire aussi | Le start-up studio eFounders s'attaque à de nouvelles thématiquesL'entreprise américaine Front, qui a été l'une des toutes premières start-up à sortir du studio eFounders en 2014, a été fondée par Mathilde Collin et Laurent Perrin. A l'époque, l'objectif était de créer une boîte e-mail collaborative pour les équipes commerciales et supports. Aujourd'hui, Front est devenue une entreprise mondiale avec près de 8.000 clients dans plus de 100 pays. Le point commun entre ces licornes? "Elles sont nées plus ou moins à la même période et ont bénéficié de l'expertise d'eFounders mais elles sont complètement différentes dans leur culture", ajoute Thibaud Elzière. La recette magique de cette "fabrique à licornes" est la même depuis 11 ans. Quentin Nickmans et Thibaud Elzière identifient un créneau de marché dans le software as a service (SaaS) Bto B et s'associent ensuite à des entrepreneurs pour développer le projet. Après une période de travail, la start-up prend son envol ou est vendue, tandis qu'eFounders conserve une participation minoritaire. Le start-up studio possède d'ailleurs encore une participation de près de 10% dans Front. Après les licornes, le monde des start-up a développé un nouvel animal magique. Le centaure est une start-up dont les revenus annuels récurrents sont supérieurs à 100 millions de dollars. "Dans le contexte actuel, devenir un centaure est un indicateur de succès beaucoup plus pertinent que celui de la licorne. C'est aussi un objectif plus difficile à atteindre et nous sommes donc ravis que l'équipe d'Aircall ait franchi cette nouvelle étape", souligne Quentin Nickmans. Aircall propose une solution de téléphonie cloud pour les entreprises. Elle compte aujourd'hui plus de 600 employés répartis dans six bureaux dans le monde. Sur les 19 start-up actives dans le portefeuille d'eFounders, trois ont un revenu annuel récurrent compris entre 20 et 100 millions de dollars, trois entre 2 et 20 millions et 11 en dessous de 2 millions. Sur l'ensemble des start-up lancées par le studio, seulement deux ont cessé leur activité: Bonjour, une plateforme pour booster la performance des commerciaux, et Station, un navigateur web pour entreprises. EFounders a donc un très faible taux d'échec. Ensemble, toutes les sociétés créées par eFounders représentent aujourd'hui plus de 5 milliards de dollars et emploient plus de 2.500 collaborateurs.