Mohamed Bahaddou revendique le statut de premier imprimeur en ligne de Belgique. Basée à Bruxelles et à Bruges, où se trouve son site de production, sa société Flyer.be imprime "ce que vous voulez sur le support que vous voulez", lance le patron. Cartes de visites, t-shirts, gourdes personnalisées, banderoles... La PME, qui emploie une centaine de personnes, répond à toutes les commandes des entreprises pour leurs actions marketing. Sauf que la plupart de ces ...

Mohamed Bahaddou revendique le statut de premier imprimeur en ligne de Belgique. Basée à Bruxelles et à Bruges, où se trouve son site de production, sa société Flyer.be imprime "ce que vous voulez sur le support que vous voulez", lance le patron. Cartes de visites, t-shirts, gourdes personnalisées, banderoles... La PME, qui emploie une centaine de personnes, répond à toutes les commandes des entreprises pour leurs actions marketing. Sauf que la plupart de ces actions sont passées à la trappe, emportées par la crise. "Notre chiffre d'affaires s'est effondré de -95 % du jour au lendemain, estime Mohamed Bahaddou. Mais j'ai des charges fixes comprises entre 200.000 et 250.000 euros par mois !" Les aides gouvernementales comblent une partie du déficit. Mais ce n'est pas suffisant, l'entrepreneur doit réagir. Il décide de se lancer dans une toute nouvelle activité : la confection de masques personnalisés. "J'ai fait appel à une entreprise spécialisée dans la recherche et développement pour l'ergonomie et le design, notre masque a été certifié Covid-19 par un laboratoire", précise l'entrepreneur. Mohamed Bahaddou se met en quête de machines à coudre professionnelles, engage 24 couturières et investit 200.000 euros dans une découpeuse laser. Très vite, les commandes affluent. Le masketing (marketing du masque) commence à prendre et les entreprises achètent du matériel pour leur personnel. Des marques comme Le Pain Quotidien et Basic-Fit lui achètent des lots de masques personnalisés. L'association Plan International fait appel à Flyer.be pour sa campagne internationale, avec des masques griffés par des artistes comme Philippe Geluck (Le Chat)."Cette nouvelle activité comble 30 % de la perte de notre chiffre d'affaires", souligne Mohamed Bahaddou. Et elle attire de nouveaux clients inédits, comme les pompiers flamands, qui font désormais repriser leurs uniformes chez Flyer.be. En créant son atelier de couture, l'entrepreneur a relocalisé en Belgique une activité qui avait entièrement filé à l'étranger !