Ce jeudi 17 novembre, l'entreprise belge de plantation d'arbres Go Forest lance Retopia, en présence de l'artiste belge Arne Quinze. Ce programme ambitieux a pour objectif de restaurer la forêt atlantique du Brésil.
...

Ce jeudi 17 novembre, l'entreprise belge de plantation d'arbres Go Forest lance Retopia, en présence de l'artiste belge Arne Quinze. Ce programme ambitieux a pour objectif de restaurer la forêt atlantique du Brésil.Go Forest est une jeune entreprise sociale belge qui a la vocation de planter un maximum d'arbres. Elle fait partie de nos lauréats aux Trends Impact Awards. Pour le projet Retopia, Go Forest bénéficie de l'expertise de South Pole et de C02logic, deux sociétés qui mènent à bien depuis une quinzaine d'années des projets de reboisement. "Notre but n'est pas de générer des crédits carbone. Dans un premier temps, nous voulons reboiser la fôrêt atlantique pour recréer un maximum de biodiversité" explique à Trends Tendances Antoine Geerinckx, Fondateur de CO2logic et Co-fondateur de Go Forest.Pourquoi agir si loin ? A cette question, Antoine Geerinckx répond sans tabou. "On a perdu environ 50% des forêts depuis la révolution industrielle. Avec la forêt amazonienne, la forêt atlantique est l'écosystème le plus important de notre planète. Cependant, la déforestation beaucoup plus intense que dans d'autres régions l'a réduite à moins de 15 % de sa couverture originelle."Le Brésil représente, à lui seul, environ 40% de la déforestation dans le monde. Au premier semestre 2021, sous Bolsonaro, le pays a perdu 1,5 million d'hectares de forêt. Avec le retour de Lula comme président, Antoine Geerinckx se montre confiant : "Maintenant qu'il y a un changement de pouvoir, on a espoir que cela s'améliore. Lula s'est engagé à réduire le taux de déforestation à zéro, ce qui devrait faciliter nos projets."Sarah Parent, PDG et cofondatrice de Go Forest, détaille les ambitions de leur programme : "L'objectif principal de Retopia est de créer des corridors forestiers qui relient des zones fragmentées. Les recherches montrent que la préservation de 30 à 40 % de la forêt aux points critiques suffirait déjà à augmenter les chances de survie des espèces menacées. Nous travaillons donc à l'élaboration d'une carte idéale des corridors de minimum 100 mètres, dans laquelle la forêt redeviendra un tout et la nature pourra à nouveau se développer librement, comme avant, pour le bien des populations locales, de la faune et de la flore."Les objectifs de Retopia sont ambitieux, "presque impossibles", nous confie Sarah Parent. "Idéalement, Retopia pourrait planter 8,18 millions d'hectares de nouveaux arbres. Ainsi, la forêt atlantique atteindrait environ 34 % et pourrait être considérée comme "restaurée"", explique l'initiatrice du projet. "Notre premier objectif est de planter 1 million d'arbres pour la fin de l'année." Retopia organisera dans les prochains mois une série d'initiatives pour soutenir ses actions de reforestation. En février aura lieu au Brésil la plus grande vente aux enchères du monde pour la nature. Ce genre d' "auction for nature" sera aussi organisée en Belgique. "Le but lors de la première vente aux enchères est d'arriver à 10 millions d'arbres ", ambitionne Sarah Parent. Par ailleurs, un documentaire et un livre sortiront en 2023. S'entourer de personnalités connues et développer un excellent réseau sont autant de critères cruciaux pour motiver aux dons. Retopia peut se targuer d'avoir le soutien de l'artiste belge Arne Quinze. Au nord du pays, celui de Jill Peeters la présentatrice météo star du petit écran. Des entreprises, comme Geberit et AGFA, sont les premières à y adhérer. Mais, tout le monde, à sa propre échelle, peut aussi devenir un "Retopian" et contribuer à la reforestation de la forêt atlantique. "Notre but est aussi de démocratiser la reforestation. Nous proposons un projet transparent, qui a de l'impact et qui est fiable", conclut Antoine Geerinckx.