La crise que nous traversons et dont on désespère de voir la fin va occasionner des dégâts. Elle frappe durement indépendants et entrepreneurs et certains vont malheureusement tomber. En 2019, on relevait 2.932 faillites en Wallonie (2.122 pour les 11 premiers mois de 2020 mais ces chiffres sont sous-évalués suite au moratoire sur les faillites décidé par le gouvernement). Au niveau national, ce sont 11.817 entreprises qui ont déposé le bilan en 2019, soit une hausse de 10,3% par rapport à 2018. Cette année risque, hélas, de battre ce record en termes de faillites. La faillite qui demeure synonyme, malgré l'évolution des mentalités, d'opprobre. "Elle reste en effet stigmatisante et s'il existe des aides et initiatives pour les entrepreneurs qui y sont confrontés, elles sont principalement axées sur les aspects financiers, juridiques et économiques, analyse Fred Colantonio, initiateur du projet ReLOAD Belgium. Via cette ASBL, nous souhaitons fournir un encadrement personnalisé basé sur les conséquences psychologiques et personnelles de la faillite: image de soi dégradée, regard des autres, difficultés à se relancer, etc. Le but vise à enrayer la spirale négative et favoriser une démarche et une posture constructives."
...

La crise que nous traversons et dont on désespère de voir la fin va occasionner des dégâts. Elle frappe durement indépendants et entrepreneurs et certains vont malheureusement tomber. En 2019, on relevait 2.932 faillites en Wallonie (2.122 pour les 11 premiers mois de 2020 mais ces chiffres sont sous-évalués suite au moratoire sur les faillites décidé par le gouvernement). Au niveau national, ce sont 11.817 entreprises qui ont déposé le bilan en 2019, soit une hausse de 10,3% par rapport à 2018. Cette année risque, hélas, de battre ce record en termes de faillites. La faillite qui demeure synonyme, malgré l'évolution des mentalités, d'opprobre. "Elle reste en effet stigmatisante et s'il existe des aides et initiatives pour les entrepreneurs qui y sont confrontés, elles sont principalement axées sur les aspects financiers, juridiques et économiques, analyse Fred Colantonio, initiateur du projet ReLOAD Belgium. Via cette ASBL, nous souhaitons fournir un encadrement personnalisé basé sur les conséquences psychologiques et personnelles de la faillite: image de soi dégradée, regard des autres, difficultés à se relancer, etc. Le but vise à enrayer la spirale négative et favoriser une démarche et une posture constructives." Cette initiative s'inspire de l'association française 60.000 rebonds lancée en 2012 qui "accompagne les entrepreneurs en post-liquidation à rebondir dans un nouveau projet professionnel". Cela faisait déjà quelques années que l'idée de créer quelque chose de similaire trottait dans la tête de Fred Colantonio, conférencier et fondateur de la maison d'édition L'attitude des Héros. Dans le contexte actuel et avec l'appui de donateurs privés est né ce projet destiné à aider les entrepreneurs en créant un réseau de solidarité. Ce dernier peut d'ores et déjà s'appuyer sur une trentaine de personnes qui vont apporter gratuitement leur expertise. "Coaches, formateurs, animateurs de groupes: toutes les personnes que nous avons sollicitées pour intervenir et aider bénévolement ont répondu à notre appel avec enthousiasme, poursuit-il. Des entrepreneurs en activité et des témoins qui sont 'passés par là' offrent aussi de leur temps pour accélérer le rebond et le développement d'un nouveau projet professionnel, qu'il soit de nature entrepreneuriale ou salariée. Précisons également que nous traitons les conséquences psychologiques mais nous n'effectuons pas d'accompagnement psychologique."Le but de ReLOAD Belgium est de combler un manque qui est simplement l'humain. L'entrepreneur confronté à des problèmes va avoir en face de lui des interlocuteurs et des réponses techniques qui vont lui permettre soit de passer le cap difficile, soit d'arrêter les frais. Mais ensuite, il se retrouve souvent seul. Et c'est pour éviter cela que cette initiative a vu le jour. Comme le note Fred Colantonio, il y a quelque part une 'imposture entrepreneuriale'. On ne regarde qu'un côté de la médaille et pas le revers. Depuis la création jusqu'à la transmission, toute une série d'institutions vont accompagner l'entrepreneur qui pourra en outre souvent bénéficier, à toutes les étapes de la vie de son entreprise, de diverses aides. Tout est pensé dans une logique linéaire alors que l'entrepreneuriat s'inscrit dans une logique circulaire. Nous sommes là pour transformer une spirale infernale en spirale vertueuse. Il faut éviter que l'entrepreneur qui a connu la faillite soit victime de la double peine. D'une part, il perd son entreprise ou son projet. C'est une désillusion ou abandon de ce en quoi l'individu a investi du temps, de l'argent et de sa personne. D'autre part, il est frappé du stigmate de l'échec et doit supporter le regard des autres. "Ajoutons que ce projet ne concerne évidemment pas les entrepreneurs qui ont connu une faillite frauduleuse mais traite bien de "l'échec malheureux et de bonne foi" tel que le décrit le dispositif Interreg Europe REBORN (entrepreneuriat de la deuxième chance)". La spirale négative dans laquelle risque de se retrouver l'entrepreneur en difficulté peut rapidement devenir infernale. A cet égard, Guillaume Mulliez, président de l'association 60.000 rebonds, évoque souvent les '7D' qui menacent les chefs d'entreprise en difficulté: déni, dépôt de bilan, dette personnelle, déménagement, divorce, dépression, décès. Il insiste également sur "la nécessité de dédramatiser l'échec et de faire le deuil de sa vie précédente pour aller de l'avant et rebondir". Ce conseil résonne chez Fred Colantonio qui martèle régulièrement dans ses conférences que "nous ne sommes pas les ratés que nous subissons. L'échec est quelque chose qui nous arrive, pas qui nous définit. Ce n'est pas une fatalité mais cela le devient si on n'y change rien". Avec ce projet spécifique d'accompagnement d'entrepreneurs en situation de faillite, ReLOAD Belgium comble un manque dans la vie de l'entreprise. Même s'il existe déjà de nombreux programmes et structures qui viennent en aide aux entrepreneurs en difficulté et qui ne se résument pas seulement aux aspects techniques. Toutefois, ce qui est intéressant à souligner dans cette initiative est le fait que ce sont des entrepreneurs qui vont aider d'autres entrepreneurs. Certains d'entre eux ont connu la faillite et pourront faire part de leur expérience et de la manière dont il ont surmonté cet "échec". En pratique, l'ASBL entend accompagner, former et mentorer les entrepreneurs. "Concrètement l'accompagnement se déroule en trois étapes: il porte sur du coaching individuel, des groupes d'échange et de codéveloppement et des formations personnalisées, enchaîne Fred Colantonio. Les groupes de codéveloppement ont pour fonction de stimuler le partage et susciter la solidarité en mode actif parmi des personnes vivant une situation similaire. Il y a là un effet cathartique. Avec les formations personnalisées, il s'agit de préparer le rebond en abordant des matières spécifiques telles que le leadership, le marketing personnel, la gestion d'entreprise, etc. Aujourd'hui, nous sommes prêts. Nous grandirons avec l'expérience et les besoins de terrain, en bonne intelligence avec les initiatives qui voient le jour ailleurs dans le pays, comme Revival à Bruxelles, par exemple. Il y a un tel besoin que nous nous mobilisons pour travailler de concert et aider les entrepreneurs à rebondir pour mieux repartir." Dans un premier temps, le programme démarre en région liégeoise et devrait ensuite se développer ailleurs en Wallonie.En savoir plus sur www.reloadbelgium.org