Les pays les plus touchés en Europe seront l'Italie, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Portugal et la Suisse. La compagnie a annoncé mercredi avoir conclu des accords avec "de nombreuses autres compagnies qui desservent l'Europe, le continent américain et le Proche-Orient" pour prendre en charge les passagers.

Les pilotes avaient déjà débrayé le 18 décembre. Un tiers des 100 vols prévus avaient dû être annulés. Comme cette fois-là, ce nouvel arrêt de travail "n'affecte pas les vols opérés par Air Nostrum, Vueling et ceux en codes partagés, opérés par d'autres compagnies, ni ceux vers les îles Canaries et les Baléares, qui sont protégés par les services minimums" fixés par la loi, avait indiqué hier Iberia.

Le syndicat des pilotes Sepla a appelé à ces deux journées de grève pour protester contre l'arrivée d'Iberia Express, une filiale à bas coûts. Le syndicat craint que des bas salaires ne soient proposés aux nouvelles recrues et dénonce une "violation de la législation" pour non-respect de la convention collective.

Trends.be, avec Belga

Les pays les plus touchés en Europe seront l'Italie, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Portugal et la Suisse. La compagnie a annoncé mercredi avoir conclu des accords avec "de nombreuses autres compagnies qui desservent l'Europe, le continent américain et le Proche-Orient" pour prendre en charge les passagers. Les pilotes avaient déjà débrayé le 18 décembre. Un tiers des 100 vols prévus avaient dû être annulés. Comme cette fois-là, ce nouvel arrêt de travail "n'affecte pas les vols opérés par Air Nostrum, Vueling et ceux en codes partagés, opérés par d'autres compagnies, ni ceux vers les îles Canaries et les Baléares, qui sont protégés par les services minimums" fixés par la loi, avait indiqué hier Iberia. Le syndicat des pilotes Sepla a appelé à ces deux journées de grève pour protester contre l'arrivée d'Iberia Express, une filiale à bas coûts. Le syndicat craint que des bas salaires ne soient proposés aux nouvelles recrues et dénonce une "violation de la législation" pour non-respect de la convention collective. Trends.be, avec Belga