Les foires et salons, considérés comme des actions commerciales, peuvent se tenir actuellement moyennant distanciation sociale, port du masque et CST. En Wallonie et en Flandre, malgré l'inquiétude des exposants, les annulations sont plutôt rares. Mais à Bruxelles, c'est la bérézina. Après l'annulation du Salon de l'auto, d'Agribex, et de la Brafa il y a une dizaine de jours, c'est au tour de la Foire du livre de Bruxelles de reporter son événement à l'année suivante. Il y avait pourtant encore du temps puisque la 52e édition ne devait pas se dérouler avant la mi-mars à Tour & Taxis. "Il y a trop d'incertitudes autour de l'évolution de la pandémie, il est difficile à la fois pour les exposants et pour le public de se projeter d'ici là, a expliqué Marie Noble, la commissaire générale de la Foire. Nous avons préféré décider maintenant. Parce que chaque jour qui passe entraîne des budgets pour tout le monde et le milieu du livre ne peut pas se le permettre."

>

Les organisateurs de Batibouw ont, eux, choisi le report de février à mai. La grand-messe de la construction et de la rénovation se tiendra du 21 au 29 mai, toujours à Brussels Expo. Comme pour d'autres foires, la demande de report est venue des exposants qui ne veulent pas mettre en danger la santé de leurs clients, fournisseurs et employés. Le Salon des vacances, lui aussi, a été reporté d'environ deux mois: il se tiendra du 24 au 27 mars. Selon nos confrères de BX1, la télévision régionale bruxelloise, Brussels Expo a dû faire face, depuis le début de la crise sanitaire, à l'annulation ou au report de 40 foires et salons. Sa situation financière est très compliquée et David Boon, son directeur, parle d'un soutien financier qui peine à arriver ou est carrément insuffisant.

Les foires et salons, considérés comme des actions commerciales, peuvent se tenir actuellement moyennant distanciation sociale, port du masque et CST. En Wallonie et en Flandre, malgré l'inquiétude des exposants, les annulations sont plutôt rares. Mais à Bruxelles, c'est la bérézina. Après l'annulation du Salon de l'auto, d'Agribex, et de la Brafa il y a une dizaine de jours, c'est au tour de la Foire du livre de Bruxelles de reporter son événement à l'année suivante. Il y avait pourtant encore du temps puisque la 52e édition ne devait pas se dérouler avant la mi-mars à Tour & Taxis. "Il y a trop d'incertitudes autour de l'évolution de la pandémie, il est difficile à la fois pour les exposants et pour le public de se projeter d'ici là, a expliqué Marie Noble, la commissaire générale de la Foire. Nous avons préféré décider maintenant. Parce que chaque jour qui passe entraîne des budgets pour tout le monde et le milieu du livre ne peut pas se le permettre." > Les organisateurs de Batibouw ont, eux, choisi le report de février à mai. La grand-messe de la construction et de la rénovation se tiendra du 21 au 29 mai, toujours à Brussels Expo. Comme pour d'autres foires, la demande de report est venue des exposants qui ne veulent pas mettre en danger la santé de leurs clients, fournisseurs et employés. Le Salon des vacances, lui aussi, a été reporté d'environ deux mois: il se tiendra du 24 au 27 mars. Selon nos confrères de BX1, la télévision régionale bruxelloise, Brussels Expo a dû faire face, depuis le début de la crise sanitaire, à l'annulation ou au report de 40 foires et salons. Sa situation financière est très compliquée et David Boon, son directeur, parle d'un soutien financier qui peine à arriver ou est carrément insuffisant.