1. NRB

Montant. Le groupe informatique NRB a réalisé en 2020 cinq acquisitions dont les montants restent confidentiel. Mais, ensemble, elles représentent un peu plus de 80 millions de chiffre d'affaires, selon le CFO Henri Thonnart.

Financement. NRB a acquis People&Technology, société du Brabant wallon active dans le managed staffing (mise à disposition d'experts pour des clients) ; Trigone, société française de gestion d'ordinateurs centraux ; Prodata Systems, spécialiste de la sécurité et des réseaux ; Computerland, société liégeoise spécialisée dans les solutions Microsoft. Et il a réalisé un échange de parts avec Infohos, société d'Oostkamp spécialisée dans l'informatique des hôpitaux et leurs pharmacies.

Motif et cadre stratégique. NRB a adopté un plan visant à faire passer son CA de 500 à 750 millions d'euros d'ici à 2026 par croissance interne et externe. Les acquisitions renforcent les secteurs et activités où son groupe était moins présent: Computerland apporte une ouverture et une expertise Microsoft aux moyennes entreprises, Infohos et Prodata renforcent la position en Flandre, Trigone ouvre le marché français, People&Technology apporte son expertise dans le managed staffing et une présence en Région bruxelloise.

Le principal critère est l'importance de la plus-value stratégique et financière que le deal a créée.

Partenaires. BDO (dossiers People&Technology et Infohos), LDS (Infohos, Trigone), PwC et Bird&Bird (Computerland, Prodata). KBC est intervenu pour le dossier Prodata, Van Reybrouck pour Infohos, et Reboul &Associé pour Trigone.

> La rédaction de Trends-Tendances avait déjà repéré NRB lors des Gazelles 2021: retrouvez l'article ici

2. Unifiedpost

Montant. Unifiedpost Group a levé 252 millions d'euros auprès d'investisseurs professionnels via un placement direct sur Euronext Bruxelles, la plus grande opération boursière des six dernières années.

Motif et cadre stratégique. Unifiedpost a été créé en 2001 en tant que plateforme permettant aux entreprises de gérer, recevoir et envoyer des documents par voie numérique. Avec des investisseurs plus petits, des investisseurs professionnels (tel Smartfin) et des fonds gouvernementaux (PMV et Fpim), Unifiedpost avait déjà réalisé 11 acquisitions et était devenu un acteur européen dans l'automatisation et le traitement de flux de données (commandes, factures, payements, etc.). Avec l'introduction en Bourse, il souhaitait devenir rapidement un leader du marché européen. Pas moins de six rachats ont suivi, dont celui de l'allemand Crossinx pour 100 millions. Unifiedpost est désormais actif dans 26 pays, dont la Belgique avec la plateforme Billtobox.

Financement. A l'origine, Unifiedpost voulait lever 160 millions d'euros mais en raison du grand intérêt des investisseurs professionnels, il a pu lever 92 millions supplémentaires.

Encadrement. La banque d'investissement Berenberg était le superviseur principal de l'introduction en Bourse. Kempen, Degroof Petercam et Belfius ont également soutenu l'opération. Les conseils juridiques sont venus de Stibbe, Linklaters et Quorum. BDO en était l'auditeur.

3. Univercells

Montant. L'entreprise wallonne a levé 120 millions d'euros l'an dernier via une double opération. Le fonds américain KKR (via Gamma Biosciences) injectera 50 millions dans Univercells Technologies afin de développer le portefeuille de produits et de financer d'éventuelles acquisitions. Puis Univercells a bouclé une augmentation de capital de 70 millions.

Financement. Sur ces 70 millions, Adjuvant Capital, fonds lié à la Fondation Gates, injecte à lui seul 15 millions. Le reste est apporté par d'autres fonds internationaux (dont celui de la Fondation Soros), la SFPI, la SRIW et des actionnaires existants du groupe.

Motif et cadre stratégique. Univercells a clarifié sa structure, créant quatre filiales: Univercells Technologies fabrique des bioréacteurs et des unités intégrées de production de vaccins et vecteurs viraux, Exothera abrite les activités de sous-traitance, Unizima est spécialisée dans les transferts de technologie clé sur porte dans les pays émergents et Quantoom Biosciences est active dans le développement clinique et les vaccins ARN. "L'idée derrière l'augmentation de capital est d'amener Exothera à l'équilibre en finançant ses installations (salles blanches, laboratoires, centre logistique) à Jumet, explique le CFO Vincent Vanderborght. Ces fonds serviront aussi à soutenir l'internationalisation, d'éventuelles acquisitions et à assurer le développement des autres filiales afin de mener notre introduction en Bourse à l'horizon 2022."

4. Vision Healthcare

Montant. Le fonds d'investissement new-yorkais Avista Capital Partners entre au capital de Vision Healthcare, la plateforme de vente de parapharmacie et de médicaments sans ordonnance. Celle-ci est valorisée à 305 millions d'euros.

Motif et cadre stratégique. Vision Healthcare, dont la création remonte à peine à 2017, opère dans un marché à la croissance rapide mais très fragmenté. Avec cette transaction, le serial entrepreneur Yvan Vindevogel entend accélérer la croissance du groupe et lui permettre de renforcer, par des rachats en Europe mais aussi ailleurs, sa position dans le marché virtuel des produits de santé. Il veut également élargir l'offre de produits et consolide sa plateforme numérique.

Financement. Jusqu'ici, la participation d'Yvan Vindevogel dans Vision Healthcare tournait autour de 50%, le solde étant aux mains de Creafund et d'une série d'investisseurs familiaux et particuliers. L'entrepreneur et Avista ont créé un véhicule (Vision HC) détenu pour moitié par Avista. Le reste appartient aux actionnaires historiques. Vision HC et Avista forment un partenariat dans le cadre duquel Vision HC pilote Vision Healthcare.

Encadrement. Yvan Vindevogel et les autres actionnaires ont été encadrés par Rothschild & Co, Allen & Overy et PwC. Ropes & Gray a assuré la fourniture du conseil juridique à Avista.

5. Aedifica

Montant. Début 2020, Aedifica a finalisé l'acquisition du finlandais Hoivatilat. Le groupe immobilier a déboursé 400 millions.

Motif et cadre stratégique. L'acquisition d'Hoivatilat est intéressante pour son portefeuille et son pipeline mais aussi pour le potentiel de croissance en Scandinavie. L'acquisition représente un glissement stratégique. Jusqu'alors, Aedifica finançait des projets à un prix convenu sans prendre de marge en tant qu'investisseur immobilier. Hoivatilat collabore avec les autorités locales, tant sur des projets pour seniors que pour enfants, et réalise des marges de développement. Un an et demi après l'acquisition, Hoivatilat a déjà initié de nouveaux projets pour plus de 100 millions.

Financement. Aedifica a financé l'acquisition grâce à des crédits- ponts et des lignes de crédit existantes. Comme pour toute SIR, le taux d'endettement ne peut excéder 65% mais Aedifica met un point d'honneur à respecter un taux conservateur de 55%, ce qui a permis de réunir un capital supplémentaire de 700 millions en deux tours: en avril pour abaisser le taux d'endettement et en octobre pour financer la croissance future. Cette seconde augmentation de capital (460 millions) s'est déroulée sous la forme d'une augmentation de capital publique avec droits préférentiels. En juin 2021, le groupe a encore levé 286 millions d'euros en vue de sa croissance future.

Accompagnateurs. Pour l'acquisition d'Hoivatilat, Aedifica a collaboré avec BNP, ING, JP Morgan.

Montant. Le groupe informatique NRB a réalisé en 2020 cinq acquisitions dont les montants restent confidentiel. Mais, ensemble, elles représentent un peu plus de 80 millions de chiffre d'affaires, selon le CFO Henri Thonnart. Financement. NRB a acquis People&Technology, société du Brabant wallon active dans le managed staffing (mise à disposition d'experts pour des clients) ; Trigone, société française de gestion d'ordinateurs centraux ; Prodata Systems, spécialiste de la sécurité et des réseaux ; Computerland, société liégeoise spécialisée dans les solutions Microsoft. Et il a réalisé un échange de parts avec Infohos, société d'Oostkamp spécialisée dans l'informatique des hôpitaux et leurs pharmacies. Motif et cadre stratégique. NRB a adopté un plan visant à faire passer son CA de 500 à 750 millions d'euros d'ici à 2026 par croissance interne et externe. Les acquisitions renforcent les secteurs et activités où son groupe était moins présent: Computerland apporte une ouverture et une expertise Microsoft aux moyennes entreprises, Infohos et Prodata renforcent la position en Flandre, Trigone ouvre le marché français, People&Technology apporte son expertise dans le managed staffing et une présence en Région bruxelloise. Partenaires. BDO (dossiers People&Technology et Infohos), LDS (Infohos, Trigone), PwC et Bird&Bird (Computerland, Prodata). KBC est intervenu pour le dossier Prodata, Van Reybrouck pour Infohos, et Reboul &Associé pour Trigone. Montant. Unifiedpost Group a levé 252 millions d'euros auprès d'investisseurs professionnels via un placement direct sur Euronext Bruxelles, la plus grande opération boursière des six dernières années. Motif et cadre stratégique. Unifiedpost a été créé en 2001 en tant que plateforme permettant aux entreprises de gérer, recevoir et envoyer des documents par voie numérique. Avec des investisseurs plus petits, des investisseurs professionnels (tel Smartfin) et des fonds gouvernementaux (PMV et Fpim), Unifiedpost avait déjà réalisé 11 acquisitions et était devenu un acteur européen dans l'automatisation et le traitement de flux de données (commandes, factures, payements, etc.). Avec l'introduction en Bourse, il souhaitait devenir rapidement un leader du marché européen. Pas moins de six rachats ont suivi, dont celui de l'allemand Crossinx pour 100 millions. Unifiedpost est désormais actif dans 26 pays, dont la Belgique avec la plateforme Billtobox. Financement. A l'origine, Unifiedpost voulait lever 160 millions d'euros mais en raison du grand intérêt des investisseurs professionnels, il a pu lever 92 millions supplémentaires. Encadrement. La banque d'investissement Berenberg était le superviseur principal de l'introduction en Bourse. Kempen, Degroof Petercam et Belfius ont également soutenu l'opération. Les conseils juridiques sont venus de Stibbe, Linklaters et Quorum. BDO en était l'auditeur. Montant. L'entreprise wallonne a levé 120 millions d'euros l'an dernier via une double opération. Le fonds américain KKR (via Gamma Biosciences) injectera 50 millions dans Univercells Technologies afin de développer le portefeuille de produits et de financer d'éventuelles acquisitions. Puis Univercells a bouclé une augmentation de capital de 70 millions. Financement. Sur ces 70 millions, Adjuvant Capital, fonds lié à la Fondation Gates, injecte à lui seul 15 millions. Le reste est apporté par d'autres fonds internationaux (dont celui de la Fondation Soros), la SFPI, la SRIW et des actionnaires existants du groupe. Motif et cadre stratégique. Univercells a clarifié sa structure, créant quatre filiales: Univercells Technologies fabrique des bioréacteurs et des unités intégrées de production de vaccins et vecteurs viraux, Exothera abrite les activités de sous-traitance, Unizima est spécialisée dans les transferts de technologie clé sur porte dans les pays émergents et Quantoom Biosciences est active dans le développement clinique et les vaccins ARN. "L'idée derrière l'augmentation de capital est d'amener Exothera à l'équilibre en finançant ses installations (salles blanches, laboratoires, centre logistique) à Jumet, explique le CFO Vincent Vanderborght. Ces fonds serviront aussi à soutenir l'internationalisation, d'éventuelles acquisitions et à assurer le développement des autres filiales afin de mener notre introduction en Bourse à l'horizon 2022." Montant. Le fonds d'investissement new-yorkais Avista Capital Partners entre au capital de Vision Healthcare, la plateforme de vente de parapharmacie et de médicaments sans ordonnance. Celle-ci est valorisée à 305 millions d'euros. Motif et cadre stratégique. Vision Healthcare, dont la création remonte à peine à 2017, opère dans un marché à la croissance rapide mais très fragmenté. Avec cette transaction, le serial entrepreneur Yvan Vindevogel entend accélérer la croissance du groupe et lui permettre de renforcer, par des rachats en Europe mais aussi ailleurs, sa position dans le marché virtuel des produits de santé. Il veut également élargir l'offre de produits et consolide sa plateforme numérique. Financement. Jusqu'ici, la participation d'Yvan Vindevogel dans Vision Healthcare tournait autour de 50%, le solde étant aux mains de Creafund et d'une série d'investisseurs familiaux et particuliers. L'entrepreneur et Avista ont créé un véhicule (Vision HC) détenu pour moitié par Avista. Le reste appartient aux actionnaires historiques. Vision HC et Avista forment un partenariat dans le cadre duquel Vision HC pilote Vision Healthcare. Encadrement. Yvan Vindevogel et les autres actionnaires ont été encadrés par Rothschild & Co, Allen & Overy et PwC. Ropes & Gray a assuré la fourniture du conseil juridique à Avista. Montant. Début 2020, Aedifica a finalisé l'acquisition du finlandais Hoivatilat. Le groupe immobilier a déboursé 400 millions. Motif et cadre stratégique. L'acquisition d'Hoivatilat est intéressante pour son portefeuille et son pipeline mais aussi pour le potentiel de croissance en Scandinavie. L'acquisition représente un glissement stratégique. Jusqu'alors, Aedifica finançait des projets à un prix convenu sans prendre de marge en tant qu'investisseur immobilier. Hoivatilat collabore avec les autorités locales, tant sur des projets pour seniors que pour enfants, et réalise des marges de développement. Un an et demi après l'acquisition, Hoivatilat a déjà initié de nouveaux projets pour plus de 100 millions. Financement. Aedifica a financé l'acquisition grâce à des crédits- ponts et des lignes de crédit existantes. Comme pour toute SIR, le taux d'endettement ne peut excéder 65% mais Aedifica met un point d'honneur à respecter un taux conservateur de 55%, ce qui a permis de réunir un capital supplémentaire de 700 millions en deux tours: en avril pour abaisser le taux d'endettement et en octobre pour financer la croissance future. Cette seconde augmentation de capital (460 millions) s'est déroulée sous la forme d'une augmentation de capital publique avec droits préférentiels. En juin 2021, le groupe a encore levé 286 millions d'euros en vue de sa croissance future. Accompagnateurs. Pour l'acquisition d'Hoivatilat, Aedifica a collaboré avec BNP, ING, JP Morgan.