NRB

Prestataire de services informatiques, le groupeNRB poursuit sa forte croissance tant organique que par acquisitions avec des objectifs ambitieux.

Voici une Gazelle qui affiche clairement la couleur. En 2019, NRB a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 351 millions d'euros en ligne avec son plan quinquennal 2017-2022. "Nous sommes même en avance d'un an, précise Daniel Eycken, directeur du marketing et de la communication externe. En 2020, nous avons procédé à une série d'acquisitions qui contribuent à l'accroissement de nos résultats. Notre prochain plan stratégique porte dorénavant sur la période 2021-2026."

Nous avons l'intention de poursuivre notre expansion afin d'assumer notre rôle de partenaire de la transformation numérique des secteurs privé et public."

Pascal Laffineyr (NRB)

L'an dernier, le groupe qui emploie plus de 3.000 personnes a ainsi acquis People & Technology, une société basée à Corroy-le-Grand spécialisée dans la consultance IT, Computerland, fournisseur liégeois de services IT one-stop-shop, l'intégrateur informatique Prodata Systems à Zaventem, et Groupe Trigone Informatique, entreprise de services positionnée sur les métiers de la production informatique, à Paris. Cette dernière acquisition réalisée en octobre 2020 marque la première incursion du groupe (dont le siège social est situé à Herstal) à l'étranger. Il est clair que le marché belge commence à devenir un peu petit pour satisfaire ses appétits de croissance.

Pascal Laffineur, BELGAIMAGE
Pascal Laffineur © BELGAIMAGE

Lors de la présentation des résultats 2019, son CEO, Pascal Laffineur, a exposé la vision du groupe pour les prochaines années: "Nous avons l'intention de poursuivre notre expansion pour atteindre un niveau viable et pérenne afin d'assumer notre rôle de partenaire de premier plan de la transformation numérique des secteurs privé et public en Belgique. Dans ce contexte, nous continuons d'élargir notre portefeuille de solutions et services et d'étendre notre périmètre en termes de clientèle, de secteurs et de couverture géographique. Plus que jamais, NRB compte poursuivre son programme d'acquisitions ciblées afin de conforter sa croissance et sa position."

Dessert Factory

En moins de 15 ans,Dessert Factory a connu une belle croissance avec ses produits gourmands et semi-artisanaux tels que le moelleux au chocolat.

C'est en 2007 que naît Dessert Factory, à Villers-le-Bouillet, lorsque Michel Dryon reprend une petite société, Dessert Concept, qu'il rebaptise Dessert Factory. Celle-ci va rapidement se spécialiser dans ce qui est aujourd'hui toujours sa signature: le moelleux au chocolat. Un dessert que l'on retrouvera dans la grande distribution en Belgique mais également ailleurs en Europe dans les plus grandes enseignes ainsi qu'à la grande exportation, comme les Etats-Unis ou l'Australie. "Notre père est issu d'une famille de biscuitiers et avait lancé en 1982 la société Dryon Biscuits qu'il a revendue à un grand groupe en 2000", rappelle Edouard Dryon qui a rejoint l'entreprise familiale pilotée par son frère Sébastien. En réorientant l'entreprise sur le moelleux au chocolat, Michel Dryon lui a ouvert le chemin de la croissance.

Nous nous développons dans l'ultra-frais avec la même vision qui est de proposer des desserts simples, bons et naturels."

Edouard Dryon (Dessert Factory)

Depuis, la gamme de produits s'est diversifiée, notamment avec les cheese-cakes. Le nombre de clients n'a cessé d'augmenter et le chiffre d'affaires a épousé la même courbe. "En 2007, nous affichions un chiffre d'affaires de moins de 1 million d'euros avec moins de 10 personnes, poursuit Edouard Dryon. Aujourd'hui, nous avons passé la barre des 14 millions et employons 75 personnes, auxquelles il faut ajouter les intérimaires. En 14 ans, nous avons quadruplé la surface de l'entreprise qui est actuellement de 4.000 m2." Dessert Factory réalise 80% de son CA à l'exportation.

PG
© PG

Ses produits vendus sous marques de distributeurs, tels que cheese-cakes, cafés gourmands et gâteaux familiaux au chocolat, se retrouvent de plus en plus dans les rayons crèmerie. "Nous nous développons dans l'ultra-frais avec la même vision qui est de proposer des desserts simples, bons et naturels, ajoute Edouard Dryon. Par ailleurs, nous avons également noué des partenariats avec La Laitière et Mondelez pour créer de nouveaux desserts." Autant dire que Dessert Factory n'a pas fini de régaler les palais et de galoper à toute vitesse.

Prelude

Société d'intégration technologique,Prelude(ex-Casa Domotic) s'adresse aux particuliers ainsi qu'aux professionnels, tant en Belgique qu'à l'étranger.

Fondée en 2011 à Liège sous le nom de Casa Domotic et rebaptisée en 2020, Prelude était d'abord orientée vers la domotique et le particulier. Si l'entreprise est toujours active dans ce domaine, son registre s'est considérablement étoffé depuis. "Nous sommes progressivement passés d'une activité B to C à du B to B, précise Quentin Pierre, associé et cofondateur. Nous travaillons aujourd'hui surtout pour le secteur public ainsi que pour les entreprises. Notre métier consiste à intégrer différentes techniques le plus intelligemment possible pour assurer le confort, la sécurité et une gestion énergétique optimale chez le client."

Notre métier consiste à intégrer différentes techniques le plus intelligemment possible pour assurer le confort, la sécurité et une gestion énergétique optimale chez le client."

Quentin Pierre (Prelude)

Prelude a ainsi développé en l'espace de 10 ans un panel complet de solutions qu'elle propose à ses clients via une série de pôles: automatisation des bâtiments, sûreté et sécurité, HVAC (chauffage, ventilation et climatisation), informatique et télécoms, multimédia, facility services et academy. Active en Wallonie et à Bruxelles, la société dispose aussi de succursales à Paris et Luxembourg et a déjà mené des missions notamment au Royaume-Uni et au Maroc. Elle a enregistré une forte croissance depuis 2015. "Nous comptons aujourd'hui une trentaine de collaborateurs dont une large part sont associés dans l'entreprise, intervient Corentin Botte, responsable du marketing. Cela fait partie de notre philosophie."

PG
© PG

"Nos experts interviennent en amont des projets et nous mettons en place un ensemble de systèmes standards faciles à utiliser pour le client, expli-que Quentin Pierre. L'objectif est d'éviter qu'ils soient dépendants de l'une ou l'autre technique ou technologie spéciale. Cette méthode de travail est en adéquation avec notre vision de l'entreprise." Dans les années qui viennent, Prelude entend bien continuer à croître avec l'ouverture de nouveaux bureaux à l'étranger.

Prestataire de services informatiques, le groupeNRB poursuit sa forte croissance tant organique que par acquisitions avec des objectifs ambitieux.Voici une Gazelle qui affiche clairement la couleur. En 2019, NRB a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 351 millions d'euros en ligne avec son plan quinquennal 2017-2022. "Nous sommes même en avance d'un an, précise Daniel Eycken, directeur du marketing et de la communication externe. En 2020, nous avons procédé à une série d'acquisitions qui contribuent à l'accroissement de nos résultats. Notre prochain plan stratégique porte dorénavant sur la période 2021-2026." L'an dernier, le groupe qui emploie plus de 3.000 personnes a ainsi acquis People & Technology, une société basée à Corroy-le-Grand spécialisée dans la consultance IT, Computerland, fournisseur liégeois de services IT one-stop-shop, l'intégrateur informatique Prodata Systems à Zaventem, et Groupe Trigone Informatique, entreprise de services positionnée sur les métiers de la production informatique, à Paris. Cette dernière acquisition réalisée en octobre 2020 marque la première incursion du groupe (dont le siège social est situé à Herstal) à l'étranger. Il est clair que le marché belge commence à devenir un peu petit pour satisfaire ses appétits de croissance.Lors de la présentation des résultats 2019, son CEO, Pascal Laffineur, a exposé la vision du groupe pour les prochaines années: "Nous avons l'intention de poursuivre notre expansion pour atteindre un niveau viable et pérenne afin d'assumer notre rôle de partenaire de premier plan de la transformation numérique des secteurs privé et public en Belgique. Dans ce contexte, nous continuons d'élargir notre portefeuille de solutions et services et d'étendre notre périmètre en termes de clientèle, de secteurs et de couverture géographique. Plus que jamais, NRB compte poursuivre son programme d'acquisitions ciblées afin de conforter sa croissance et sa position." En moins de 15 ans,Dessert Factory a connu une belle croissance avec ses produits gourmands et semi-artisanaux tels que le moelleux au chocolat.C'est en 2007 que naît Dessert Factory, à Villers-le-Bouillet, lorsque Michel Dryon reprend une petite société, Dessert Concept, qu'il rebaptise Dessert Factory. Celle-ci va rapidement se spécialiser dans ce qui est aujourd'hui toujours sa signature: le moelleux au chocolat. Un dessert que l'on retrouvera dans la grande distribution en Belgique mais également ailleurs en Europe dans les plus grandes enseignes ainsi qu'à la grande exportation, comme les Etats-Unis ou l'Australie. "Notre père est issu d'une famille de biscuitiers et avait lancé en 1982 la société Dryon Biscuits qu'il a revendue à un grand groupe en 2000", rappelle Edouard Dryon qui a rejoint l'entreprise familiale pilotée par son frère Sébastien. En réorientant l'entreprise sur le moelleux au chocolat, Michel Dryon lui a ouvert le chemin de la croissance. Depuis, la gamme de produits s'est diversifiée, notamment avec les cheese-cakes. Le nombre de clients n'a cessé d'augmenter et le chiffre d'affaires a épousé la même courbe. "En 2007, nous affichions un chiffre d'affaires de moins de 1 million d'euros avec moins de 10 personnes, poursuit Edouard Dryon. Aujourd'hui, nous avons passé la barre des 14 millions et employons 75 personnes, auxquelles il faut ajouter les intérimaires. En 14 ans, nous avons quadruplé la surface de l'entreprise qui est actuellement de 4.000 m2." Dessert Factory réalise 80% de son CA à l'exportation. Ses produits vendus sous marques de distributeurs, tels que cheese-cakes, cafés gourmands et gâteaux familiaux au chocolat, se retrouvent de plus en plus dans les rayons crèmerie. "Nous nous développons dans l'ultra-frais avec la même vision qui est de proposer des desserts simples, bons et naturels, ajoute Edouard Dryon. Par ailleurs, nous avons également noué des partenariats avec La Laitière et Mondelez pour créer de nouveaux desserts." Autant dire que Dessert Factory n'a pas fini de régaler les palais et de galoper à toute vitesse. Société d'intégration technologique,Prelude(ex-Casa Domotic) s'adresse aux particuliers ainsi qu'aux professionnels, tant en Belgique qu'à l'étranger.Fondée en 2011 à Liège sous le nom de Casa Domotic et rebaptisée en 2020, Prelude était d'abord orientée vers la domotique et le particulier. Si l'entreprise est toujours active dans ce domaine, son registre s'est considérablement étoffé depuis. "Nous sommes progressivement passés d'une activité B to C à du B to B, précise Quentin Pierre, associé et cofondateur. Nous travaillons aujourd'hui surtout pour le secteur public ainsi que pour les entreprises. Notre métier consiste à intégrer différentes techniques le plus intelligemment possible pour assurer le confort, la sécurité et une gestion énergétique optimale chez le client." Prelude a ainsi développé en l'espace de 10 ans un panel complet de solutions qu'elle propose à ses clients via une série de pôles: automatisation des bâtiments, sûreté et sécurité, HVAC (chauffage, ventilation et climatisation), informatique et télécoms, multimédia, facility services et academy. Active en Wallonie et à Bruxelles, la société dispose aussi de succursales à Paris et Luxembourg et a déjà mené des missions notamment au Royaume-Uni et au Maroc. Elle a enregistré une forte croissance depuis 2015. "Nous comptons aujourd'hui une trentaine de collaborateurs dont une large part sont associés dans l'entreprise, intervient Corentin Botte, responsable du marketing. Cela fait partie de notre philosophie." "Nos experts interviennent en amont des projets et nous mettons en place un ensemble de systèmes standards faciles à utiliser pour le client, expli-que Quentin Pierre. L'objectif est d'éviter qu'ils soient dépendants de l'une ou l'autre technique ou technologie spéciale. Cette méthode de travail est en adéquation avec notre vision de l'entreprise." Dans les années qui viennent, Prelude entend bien continuer à croître avec l'ouverture de nouveaux bureaux à l'étranger.