3.748 euros, c'est le salaire mensuel brut moyen dans le nord de la Belgique en 2021. Le site web d'offres d'emploi Jobat a recueilli des données auprès de 114.000 employés en Flandre. 82% des personnes interrogées sont des employés de bureau. Le salaire brut est plus ou moins conforme à celui de l'année dernière, où le salaire moyen était de 3.783 euros.

Si l'on compare avec 2019, la dernière année pré-pandémie, on constate même que les salaires mensuels ont augmenté en moyenne de 340 euros dans notre pays. Le salaire mensuel moyen est tiré vers le haut par les plus gros salaires. La même évolution pour le salaire médian est constatée. Aujourd'hui, il représente 3.302 euros, soit quelque 300 euros de plus qu'en 2019.

Avantages extralégaux

Le Baromètre des salaires de Jobat montre également que les entreprises accordent aujourd'hui de plus en plus d'importance aux avantages dits extra-légaux, tels que les chèques-repas, les primes de fin d'année ou l'assurance hospitalisation.

Le nombre de salariés disposant d'une voiture de fonction a augmenté de 10 % en cinq ans. 43 % des employés interrogés disposent d'une voiture de société. Cet avantage est surtout aloué aux directeurs, managers et informaticiens. Mais ces dernières années, certaines autres professions, comme les comptables et le personnel administratif, en disposent de plus en plus. Selon Jobat, les employeurs sont de plus en plus souvent tenus de proposer des voitures de fonction aux candidats, faute de quoi ils n'arrivent pas à pourvoir leurs postes vacants.

La voiture de société populaire

Les avantages supplémentaires qui facilitent le travail à domicile, tels qu'un ordinateur portable, une connexion internet ou des frais forfaitaires ont également fortement augmenté depuis la pandémie. "Nous constatons qu'une part croissante du salaire est consacrée à ces avantages extralégaux", explique William Visterin, rédacteur en chef de Jobat au Morgen.

Bien que les salaires ne régressent pas, Jobat a constaté dans son enquête que les salariés sont légèrement moins satisfaits du salaire qu'ils reçoivent que l'année dernière.

"Au début de 2022, il y a eu quelques indexations automatiques des salaires, mais ce n'est qu'une compensation de la hausse des prix des biens et services. Il ne s'agit pas d'une véritable augmentation de salaire. C'est peut-être pour cela qu'en 2021, les Flamands étaient moins satisfaits de leurs salaires. En 2020, 36 % étaient très satisfaits. En 2021, ils étaient 33%" explique William Visterin à la Gazet Van Antwerp.

GETTY
© GETTY

Moins de satisfaction au travail

Le sentiment de bonheur au travail a aussi légèrement diminué par rapport à 2021. Ce sont surtout les personnes travaillant dans la logistique, la distribution et l'éducation qui se sentent moins heureuses au travail. Ces secteurs ont été fortement touchés par la pandémie jusqu'à une bonne partie de l'année 2021.

La conclusion générale de Jobat est que notre marché du travail a bien résisté malgré une pandémie qui dure depuis plus de deux ans. "Le coronavirus a en fait très peu changé la donne", déclare Jan Denys de Randstad au Morgen. "Le chômage a à peine augmenté et la pénurie reste tout aussi aiguë, on pourrait même s'attendre à ce que les salaires augmentent en conséquence."

Cela signifie également que les différences existantes sont toujours d'actualité. Le Baromètre des salaires de Jobat montre que le titulaire d'un master gagne en moyenne 4.478 euros bruts par mois, contre 3.088 euros pour une personne sans diplôme supérieur.

Il existe également de grandes différences entre les différents secteurs. Une personne travaillant dans l'industrie chimique ou pharmaceutique gagne en moyenne 4.600 euros par mois, tandis que les personnes travaillant dans le secteur de la restauration doivent se contenter de 2.900 euros (voir aussi encadré ci-dessous).

Pas encore d'égalité salariale

Il ressort également du Baromètre que l'égalité salariale n'est pas encore atteinte. L'écart de rémunération entre hommes et femmes s'est à peine réduit en cinq ans. Un homme gagne ainsi en moyenne 3.891 euros bruts par mois alors qu'une femme gagne 3.309 euros bruts par mois. Cela représente un écart de 15 %. Il y a cinq ans, il était d'environ 16 %. Une partie de l'écart salarial peut s'expliquer par le fait que les femmes travaillent plus souvent à temps partiel.

L'écart salarial n'est pas seulement problématique en Belgique. Au niveau européen, la Belgique obtient même d'assez bons résultats. Selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, l'écart de rémunération dans notre pays est encore de 5% si un homme et une femme ont le même emploi. L'écart salarial moyen dans l'Union européenne est de 13 %, rapporte la Gazet Van Antwerp.

GettyImages
© GettyImages

Secteurs dans lesquels les salaires sont les plus élevés en Flandre :

Chimie et pharma : 4.620 euros

Energie et environnement : 4.380 euros

Banques et finances : 4.171 euros

Secteurs aux salaires les plus bas

Horeca : 2.912 euros

Tourisme, sport : 3.081 euros

Media, marketing et communication : 3.104 euros

(Source: Jobat)

3.748 euros, c'est le salaire mensuel brut moyen dans le nord de la Belgique en 2021. Le site web d'offres d'emploi Jobat a recueilli des données auprès de 114.000 employés en Flandre. 82% des personnes interrogées sont des employés de bureau. Le salaire brut est plus ou moins conforme à celui de l'année dernière, où le salaire moyen était de 3.783 euros. Si l'on compare avec 2019, la dernière année pré-pandémie, on constate même que les salaires mensuels ont augmenté en moyenne de 340 euros dans notre pays. Le salaire mensuel moyen est tiré vers le haut par les plus gros salaires. La même évolution pour le salaire médian est constatée. Aujourd'hui, il représente 3.302 euros, soit quelque 300 euros de plus qu'en 2019. Le Baromètre des salaires de Jobat montre également que les entreprises accordent aujourd'hui de plus en plus d'importance aux avantages dits extra-légaux, tels que les chèques-repas, les primes de fin d'année ou l'assurance hospitalisation. Le nombre de salariés disposant d'une voiture de fonction a augmenté de 10 % en cinq ans. 43 % des employés interrogés disposent d'une voiture de société. Cet avantage est surtout aloué aux directeurs, managers et informaticiens. Mais ces dernières années, certaines autres professions, comme les comptables et le personnel administratif, en disposent de plus en plus. Selon Jobat, les employeurs sont de plus en plus souvent tenus de proposer des voitures de fonction aux candidats, faute de quoi ils n'arrivent pas à pourvoir leurs postes vacants.Les avantages supplémentaires qui facilitent le travail à domicile, tels qu'un ordinateur portable, une connexion internet ou des frais forfaitaires ont également fortement augmenté depuis la pandémie. "Nous constatons qu'une part croissante du salaire est consacrée à ces avantages extralégaux", explique William Visterin, rédacteur en chef de Jobat au Morgen.Bien que les salaires ne régressent pas, Jobat a constaté dans son enquête que les salariés sont légèrement moins satisfaits du salaire qu'ils reçoivent que l'année dernière. "Au début de 2022, il y a eu quelques indexations automatiques des salaires, mais ce n'est qu'une compensation de la hausse des prix des biens et services. Il ne s'agit pas d'une véritable augmentation de salaire. C'est peut-être pour cela qu'en 2021, les Flamands étaient moins satisfaits de leurs salaires. En 2020, 36 % étaient très satisfaits. En 2021, ils étaient 33%" explique William Visterin à la Gazet Van Antwerp.Le sentiment de bonheur au travail a aussi légèrement diminué par rapport à 2021. Ce sont surtout les personnes travaillant dans la logistique, la distribution et l'éducation qui se sentent moins heureuses au travail. Ces secteurs ont été fortement touchés par la pandémie jusqu'à une bonne partie de l'année 2021. La conclusion générale de Jobat est que notre marché du travail a bien résisté malgré une pandémie qui dure depuis plus de deux ans. "Le coronavirus a en fait très peu changé la donne", déclare Jan Denys de Randstad au Morgen. "Le chômage a à peine augmenté et la pénurie reste tout aussi aiguë, on pourrait même s'attendre à ce que les salaires augmentent en conséquence." Cela signifie également que les différences existantes sont toujours d'actualité. Le Baromètre des salaires de Jobat montre que le titulaire d'un master gagne en moyenne 4.478 euros bruts par mois, contre 3.088 euros pour une personne sans diplôme supérieur.Il existe également de grandes différences entre les différents secteurs. Une personne travaillant dans l'industrie chimique ou pharmaceutique gagne en moyenne 4.600 euros par mois, tandis que les personnes travaillant dans le secteur de la restauration doivent se contenter de 2.900 euros (voir aussi encadré ci-dessous). Il ressort également du Baromètre que l'égalité salariale n'est pas encore atteinte. L'écart de rémunération entre hommes et femmes s'est à peine réduit en cinq ans. Un homme gagne ainsi en moyenne 3.891 euros bruts par mois alors qu'une femme gagne 3.309 euros bruts par mois. Cela représente un écart de 15 %. Il y a cinq ans, il était d'environ 16 %. Une partie de l'écart salarial peut s'expliquer par le fait que les femmes travaillent plus souvent à temps partiel.L'écart salarial n'est pas seulement problématique en Belgique. Au niveau européen, la Belgique obtient même d'assez bons résultats. Selon Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, l'écart de rémunération dans notre pays est encore de 5% si un homme et une femme ont le même emploi. L'écart salarial moyen dans l'Union européenne est de 13 %, rapporte la Gazet Van Antwerp.