L'accord entre la banque flamande VDK et NewB est-il une bonne nouvelle pour la banque citoyenne ?

Cet accord a pris de nombreuses personnes par surprise. C'est une toute nouvelle donne. Cette option est très différente de celle présentée lors de la récolte de fonds. C'est évidemment dommage qu'elle arrive maintenant sur la table alors que certains clients ont déjà fermé leur compte. D'autres sont maintenant démotivés après le crowdfunding raté. Mais est-ce que les coopérateurs auraient accepté un tel partenariat avant d'avoir tempté un crowdfunding ? Même s'il était différent de celui qui se concentrait sur les institutionnels ?
...

Cet accord a pris de nombreuses personnes par surprise. C'est une toute nouvelle donne. Cette option est très différente de celle présentée lors de la récolte de fonds. C'est évidemment dommage qu'elle arrive maintenant sur la table alors que certains clients ont déjà fermé leur compte. D'autres sont maintenant démotivés après le crowdfunding raté. Mais est-ce que les coopérateurs auraient accepté un tel partenariat avant d'avoir tempté un crowdfunding ? Même s'il était différent de celui qui se concentrait sur les institutionnels ?On peut comprendre l'intérêt stratégique de cet accord si on fait fi du passé. Il n'y a en réalité pas beaucoup d'options sur la table pour NewB. S'associer à un groupe existant peut avoir du sens. Quand on regarde les acteurs déjà présents sur le marché et qu'on prend en compte l'identité de NewB, il n'y a pas grand monde. L'intérêt est que VDK est dans le secteur financier l'une des institutions les plus engagées en matière de durabilité. Selon le scan des banques réalisé par des ONG, on voit que NewB et VDK sont au même niveau. La complémentarité entre NewB qui reste principalement francophone et VDK qui est néerlandophone est aussi cohérente. L'Assemblée générale dans une coopérative est vraiment l'organe central décideur. L'avenir de la banque durable est toujours entre les mains des coopérateurs. Et s'ils décident de tout arrêter, ce sera fini pour NewB. Je ne pense pas qu'il y ait un seul profil de coopérateur et c'est là où réside toute la difficulté. Un profil de coopérateur motivé qui ne veut pas qu'e NewB tombe en faillite, qui pense qu'une banque citoyenne a encore du sens se dira que cet accord, c'est mieux que rien. D'autres, plus frustrés ou dans le doute devront être convaincus d'un win-win. Il faudra convaincre lors de l'Assemblée générale que les valeurs, les lignes directrice de NewB vont complètement percoler avec celles de VDK Bank. Cette banque n'est d'ailleurs pas très éloignée de NewB en termes de droits humains et sur la question environnementale. L'enjeu crucial sera de montrer jusqu'à quel point NewB pourra peser dans VDK.Il reste de nombreuses questions sur les détails financiers de l'accord avec VDK. Pierre Hermant, le CEO, de Finance & Invest Brussels, a exprimé sa frustration de ne pas avoir reçu beaucoup d'informations sur ce deal de dernière minute. La Fondation Chimay Wartoise et l'UCLouvain ont aussi déclaré dans la presse avoir été pris par surprise et être dans l'attente de plus de détails. On peut comprendre la déception et la frustration de certains investisseurs. D'autres investisseurs feront prévaloir d'autres arguments et suivront le projet de partenariat. Mais, d'un point de vue financier, par rapport aux différentes options sur la table, il faut avant tout se demander quelle est la meilleure à prendre. Le débat sera certainement animé.