Quelques changements sont annoncés dans les services bancaires dès ce jeudi 1er juillet, c'est le cas notamment chez ING concernant son très populaire compte en ligne "Lion Account" (1,2 million de clients). Présenté lors de son lancement à fort renfort de pubs comme étant totalement gratuit, il sera facturé 1,9 euro par mois (soit 22,80 euros par an) à partir de ce 1er juillet, sauf pour les jeunes (moins de 25 ans).

Et ce n'est pas tout, pour ce compte, les retraits depuis les distributeurs propres au réseau d'agences d'ING seront facturés, rapporte le quotidien économique L'Echo. Dans la pratique, un retrait d'argent sera facturé 0,50 cents à partir du 4e retrait sur base mensuelle.

"ING devient donc la première banque à faire payer les retraits dans ses propres distributeurs de billets", dénonce sur son site Test-Achats qui a mis à jour cette nouveauté prévue par la nouvelle grille tarifaire de la banque. Ajoutant: "Comment ne pas comprendre les clients qui ont le sentiment que la banque prend l'argent déposé en otage ?". Certains observateurs craignent aussi que l'argent liquide finisse par disparaître à l'avenir suite à ce genre d'opérations payantes.

Test Achats note cependant, après avoir décortiqué les petits caractères de la grille tarifaire de la banque au lion, que durant la période du 1er juillet au 31 décembre 2021, 36 retraits seront gratuits, de quoi faire passer un peu la pilule à ses clients.

La nouvelle grille tarifaire d'ING., ING
La nouvelle grille tarifaire d'ING. © ING

Le compte Vert ING plus cher

Les retraits à des distributeurs de billets hors du réseau ING sont déjà facturés 0,5 euro par opération depuis début 2019, rappelle Test Achats, qui avait, à l'époque, vivement critiqué cette décision "car un retrait est une opération courante et les frais de ce type des pièges pour de nombreux consommateurs".

Les personnes qui veulent éviter ces frais devront opter pour un autre type de compte payant ou se tourner vers la concurrence. Le compte Vert ING inclut, lui, les retraits d'espèces sans frais supplémentaires depuis n'importe quel distributeur de billets en zone SEPA (l'espace unique de paiement en euros). Nous avions aussi annoncé que le prix de détention annuel de ce compte passera de 44 à 54 euros par an ce 1er juillet.

Fini le "tout gratuit"

ING n'est toutefois pas la seule banque à tirer les tarifs vers le haut. Comme d'autres, elle se justifie notamment en mentionnant les taux d'intérêts bas, commente encore Test Achats ainsi que par "les investissements continus en services à valeur ajoutée inclus dans les comptes courants".

La tendance s'observe en effet ailleurs, comme nous l'expliquions récemment dans cet article ING, les taux négatifs et la fin du "gratuit" . Ainsi, pour compenser la hausse des coûts opérationnels et la baisse de revenus, la plupart des banques augmentent leurs tarifs et facturent aux clients ce qui était gratuit auparavant. Gestion de comptes, retraits aux distributeurs, transferts de titres, accès à un conseiller : les exemples de nouveautés en matière de frais bancaires ne manquent pas.

Quelques changements sont annoncés dans les services bancaires dès ce jeudi 1er juillet, c'est le cas notamment chez ING concernant son très populaire compte en ligne "Lion Account" (1,2 million de clients). Présenté lors de son lancement à fort renfort de pubs comme étant totalement gratuit, il sera facturé 1,9 euro par mois (soit 22,80 euros par an) à partir de ce 1er juillet, sauf pour les jeunes (moins de 25 ans).Et ce n'est pas tout, pour ce compte, les retraits depuis les distributeurs propres au réseau d'agences d'ING seront facturés, rapporte le quotidien économique L'Echo. Dans la pratique, un retrait d'argent sera facturé 0,50 cents à partir du 4e retrait sur base mensuelle. "ING devient donc la première banque à faire payer les retraits dans ses propres distributeurs de billets", dénonce sur son site Test-Achats qui a mis à jour cette nouveauté prévue par la nouvelle grille tarifaire de la banque. Ajoutant: "Comment ne pas comprendre les clients qui ont le sentiment que la banque prend l'argent déposé en otage ?". Certains observateurs craignent aussi que l'argent liquide finisse par disparaître à l'avenir suite à ce genre d'opérations payantes.Test Achats note cependant, après avoir décortiqué les petits caractères de la grille tarifaire de la banque au lion, que durant la période du 1er juillet au 31 décembre 2021, 36 retraits seront gratuits, de quoi faire passer un peu la pilule à ses clients.Les retraits à des distributeurs de billets hors du réseau ING sont déjà facturés 0,5 euro par opération depuis début 2019, rappelle Test Achats, qui avait, à l'époque, vivement critiqué cette décision "car un retrait est une opération courante et les frais de ce type des pièges pour de nombreux consommateurs". Les personnes qui veulent éviter ces frais devront opter pour un autre type de compte payant ou se tourner vers la concurrence. Le compte Vert ING inclut, lui, les retraits d'espèces sans frais supplémentaires depuis n'importe quel distributeur de billets en zone SEPA (l'espace unique de paiement en euros). Nous avions aussi annoncé que le prix de détention annuel de ce compte passera de 44 à 54 euros par an ce 1er juillet.ING n'est toutefois pas la seule banque à tirer les tarifs vers le haut. Comme d'autres, elle se justifie notamment en mentionnant les taux d'intérêts bas, commente encore Test Achats ainsi que par "les investissements continus en services à valeur ajoutée inclus dans les comptes courants".La tendance s'observe en effet ailleurs, comme nous l'expliquions récemment dans cet article ING, les taux négatifs et la fin du "gratuit" . Ainsi, pour compenser la hausse des coûts opérationnels et la baisse de revenus, la plupart des banques augmentent leurs tarifs et facturent aux clients ce qui était gratuit auparavant. Gestion de comptes, retraits aux distributeurs, transferts de titres, accès à un conseiller : les exemples de nouveautés en matière de frais bancaires ne manquent pas.